Référencement

Google Panda en France, ce n’est pas si terrible que ça !

Google Panda en France, ce n’est pas si terrible que ça !

Google Panda arrive en France, et alors ?

Pendant toutes ces semaines, on a lu beaucoup de choses sur Panda (Godzilla comme l’on surnommé certains). On a pu lire des propos tels que « Panda va-t-il bouffer votre site ? ». On a vu passer beaucoup de conseils destinés à se prémunir de la méchante bébête, ainsi que des mises en garde sur les éventuels dommages collatéraux possibles.

Le voilà enfin, ce filtre de nettoyage a été déployé pour la première fois mondialement (ou presque, sauf pour les chinois, japonais, coréens) depuis le vendredi 12 août 2011 à 6h00 tapante.

Il est donc maintenant bien présent en France et paradoxalement, on n’en a jamais aussi peu parlé…

D’accord, ce sont les vacances d’été, ok, c’est le week-end, mais quand même… On compte à peine quelques Tweets de référenceurs satisfaits d’avoir gagnés quelques positions, seulement quelques articles sur les blogs SEO français (abondance, webrankinfo) qui annoncent le déploiement comme ça a été fait sur le blog officiel de Google, et quelques discussions sur les forums SEO (Every-web, seosphere, webrankinfo) qui n’apportent pas encore foule de témoignages…

Panda ? « Un caillou dans l’eau » comme disent certains 😉

Donc, très peu de bruit dans les communautés de référenceurs pour ce qui devait être, d’après l’opinion générale, un vrai Tsunami sur les sites présents dans Google.

Néanmoins, Google Panda est bien là et de grands sites ont vu leurs positions dégringoler.

Voyez les analyses proposées par le blog ranking-metrics.fr.

Citons par exemple « LeGuide, Ciao.fr, Twenga.fr et Wikio.fr en forte baisse », « Amazon.fr, Wikipedia.org, Blogspot.com et Elle.fr à la hausse ».

Si vous désirez observer des statistiques concrètes sur l’impact de Google Panda sur le positionnement de sites francophones, rendez-vous sur le blog Ranking Metrics : http://blog.ranking-metrics.fr/google-panda-france-live

NB : Un résumé de ce dossier spécial Google Panda a été rédigé et vient d’être publié sur Waaaouh.com. Il donne 40 conseils précis pour optimiser son site pour Google Panda et apporte même ses quelques conseils complémentaires à ce dossier complet. Nous vous recommandons la lecture des deux articles.

Sommaire

Google Panda, une sonnette d’alarme bénéfique au Web ?

Je ne vous cache pas que par ici, on craignait les dommages collatéraux sur les sites dont nous avons la charge.

Comme tout le monde, on a investi du temps dans la veille SEO, sur les blogs et les forums anglais, pour tenter de se préparer au mieux à l’arrivée du nounours noir et blanc. Cela nous a permis d’envisager des améliorations dans nos sites et les sites de nos clients, que ce soit dans leur mode de fonctionnement ou simplement dans leur structure (hiérarchie, balisage…).

Se remettre en question, en référencement ou plus généralement sur le Web, ça ne fait jamais de mal et c’était peut-être un des objectifs de Google en communiquant autant sur l’arrivée du Panda : nous faire bouger un peu !

Google le disait justement dans ses bonnes résolutions de l’an 2011 sur le blog AdSense : « Nous innovons constamment et nous vous encourageons à en faire de même. ».

Google Panda France, impact plus faible que le Panda anglais

Google a déclaré que cette mise à jour a un impact sur environ 6 à 9 % des requêtes, tous langages confondus (hors anglais). Contrairement au lancement initial de Panda, qui affectait environ 12 % des résultats pour les requêtes anglophones.

Mais pourquoi un impact plus faible ?

Soit, les sites francophones, espagnoles, allemand, etc. étaient globalement plus « propres » que les sites anglais, soit Google a volontairement créé une version plus légère de son filtre de nettoyage.

Ses parts de marchés se porteraient mieux par ici ? On ne change pas une équipe qui gagne ? Là n’est pas la question…

Quoi qu’il en soit, espérons que cette situation reste stable suffisamment longtemps pour que nous puissions apprivoiser la bête !

Optimisons enfin notre référencement pour le Panda mondial !

Maintenant que Panda est installé chez nous, nous allons pouvoir sérieusement commencer à nous poser de vraies questions :
– Qu’est-ce vraiment que le filtre Google Panda ?
– Comment optimiser son référencement pour Panda ?

Ouvrons tout de suite le bal, mouillons-nous et tentons d’apporter un premier avis sur ces questions.

Qu’est-ce que Panda ?

D’après nos premières observations, Panda est une réponse logique aux comportements desWebmasters/référenceurs ainsi qu’aux attentes des utilisateurs du moteur de recherche.

Même si l’algorithme de classement de Google a fait des progrès depuis toutes ces années, il était vraiment temps de faire quelque chose de grand pour nettoyer l’index des sites qui profitaient un peu trop des leviers habituels que les référenceurs connaissent depuis des longtemps.

Des sociétés s’étaient montées avec comme base l’exploitation des failles de l’algorithme de Google Search. Aujourd’hui, celles-ci souffrent de la correction de ces failles. C’est le jeu.

Les grands sites de faible qualité contre les petits sites qualitatifs.

En effet, il n’était pas rare de voir des sites avec du contenu de mauvaise qualité, voire du contenu générer de façon automatique, être tout de même très présents dans les résultats de recherche (fermes de contenu, sites d’agrégation de contenu, comparateurs de prix, et plus encore…). Pour eux, il suffisait de contre balancer la piètre qualité de leur contenu en actionnant certains autres leviers, comme celui du netlinking. Un bonlinkjuice ou Pagerank permettait, malgré un contenu quasiment inexistant, permettait d’affirmer sa position sur le moteur. Un site au contenu majoritairement de faibles qualités pouvait bien se positionner en obtenant des liens, en nombre et en qualité suffisante.

À l’inverse, un jeune site de bonne qualité, comme celui d’un nouveau blogueur motivé d’apporter sa contribution à l’Internet, avait des difficultés à émerger par manque d’optimisations « off page » (manque de liens, manque de présence sur les réseaux sociaux…), alors que son contenu était excellent !

Avec Google Panda, y a une justice quand même…

Google Panda rend donc la monnaie de leur pièce à ceux qui tentent de faire de l’argent en se tournant les pouces. Plus que jamais, Google veut du contenu de qualité, qui a été contrôlé par le responsable du site et si ce n’est pas possible pour lui, tant pis !

Google Panda n’est pas pour autant intransigeant ou trop sévère, Google Panda est juste. En tout cas pour l’instant.

Si votre site a chuté dans les résultats de recherche, ne criez pas à l’injustice… S’il a perdu un grand pourcentage de trafic, c’est qu’il y a assurément un problème sur votre site.

Ce qui est regrettable pour nous, c’est que ce problème peut-être plus ou moins difficile à isoler. L’autre inconvénient est qu’agir rapidement pour « corriger » le problème de notre site ne nous garantit pas d’être repositionné rapidement…

Si nous visons juste, cela peut prendre des semaines, voire des mois avant de voir nos améliorations prises en compte.

Les deux types de sites filtrés par Google Panda.

Il existe deux types de sites touchés par Panda :

• D’un côté, il y a le site qui a perdu du trafic et qui, en retravaillant son contenu et sa structure, peut espérer récupérer une (petite) partie du pourcentage de visiteurs perdus. C’est un site qui a une certaine qualité et qui est susceptible d’apporter quelque chose au Web.
Par exemple, c’est le site d’un éditeur qui a malencontreusement usé de la fonction copier-coller de son ordinateur ou qui a abusé de la publicité sur son site, le rendant suspect pour Google et/ou très laid à regarder pour l’internaute.

• De l’autre côté, il y a le site qui peut faire ce qu’il veut, mais qui ne récupérera jamais un pourcentage significatif de son trafic. C’est un site qui ne propose strictement rien d’original et d’intéressant.
Par exemple, c’est l’agrégateur de contenu géant ou le superbe comparateur de prix qui n’a pas une ligne de contenu original.

Pour cette dernière catégorie de site, autant stopper les frais et ne compter que sur le trafic issu de Bing. C’est déjà ça de pris ! Inutile de poser un toit sur un château de sable alors que le vent se lève.

Par contre, si vous êtes dans la première catégorie de sites, celle de ceux qui peuvent corriger, vous devez chercher les causes de votre chute de trafic et tenter d’apporter des corrections.

Mais, comment optimiser le référencement de son site avec Panda ?

Tout d’abord, il faut se demander sur quelles données Google s’appuie pour déterminer si un site est d’une qualité globalement suffisante pour être présenté aux internautes.

Les critères pris en compte par Google Panda (hypothèses)

Beaucoup parlent de l’analyse du comportement des internautes, des partages de liens sur les réseaux sociaux, de pogosticking, de taux de rebond, du nombre de pages vues du site, etc. Mais d’après nous, même si ces données peuvent être utilisées et pondérées dans une certaine mesure, Google Panda se base en priorité sur une simple analyse (plus approfondie que la normale) du contenu et de la présentation de votre site.

Cette analyse semble nécessiter beaucoup de ressources serveur, car elle prend beaucoup de temps pour Google.

Pour rappel, Google Panda est un script de nettoyage lancé manuellement de façon aléatoire, et non un critère de positionnement faisant partie intégrante de l’algorithme principal.

C’est sans doute la raison pour laquelle une correction apportée sur votre site aujourd’hui n’aura un impact que dans une ou plusieurs relances du script de nettoyage Panda (ce qui peut être très long).

L’analyse du contenu du site, en 2 mots

Par analyse du contenu, on peut parler de la présence de contenu dupliqué, de l’orthographe, la ponctuation des textes, de la quantité de texte présent dans les pages du site… mais aussi du balisage sémantique et de sur-optimisation. Trop de mot clé, tue le mot clé, trop de balises tuent les balises…

Google confirme que des pages de mauvaise qualité impactent négativement tout le site

« Si certaines pages d’un site Web sont de mauvaise qualité, cela peut affecter le classement de l’ensemble du site. Par conséquent, vous pouvez supprimer ces pages afin d’optimiser le classement de celles qui sont de meilleure qualité ou encore améliorer leur contenu, les intégrer à des pages plus utiles ou les transférer vers un autre domaine. » (source)

Noindex Follow sur certains types de pages

La première action à effectuer pour diminuer votre nombre de pages à faible valeur ajoutée est de mettre en « noindex, follow » les paginations de votre blog/site, les tags, les pages de résultats de recherche générées automatiquement et toutes les autres pages de faible qualité. C’est-à-dire, toutes les pages qui n’ont aucun intérêt à être indexées par Google, et qui ne peuvent pas intéresser les utilisateurs qui pourraient aboutir dessus suite à une recherche sur le moteur.

Vérification manuelle de vos pages

Si votre site ne compte que quelques milliers de pages, il ne serait pas ridicule de prendre quelques jours avec votre équipe pour reprendre manuellement chaque page de votre site en vous demandant « cette page est-elle de qualité, dois-je l’améliorer ou la supprimer de Google ? ».

Le tout est donc d’améliorer votre site ou le nettoyer des pages faibles pouvant être considérées comme « spammantes » par Google Panda.

Vérification semi-automatique de vos pages

Si votre site a un plus gros volume de pages (plus de 10.000), il sera sans doute nécessaire de mettre en place un script interne de détection de pages potentiellement plus faibles en qualité (articles dupliqués, trop courts, anciens, obsolètes, contenant des liens morts, ayant un titre peu pertinent…).

Découpe de site proposant plusieurs types de contenu

Si votre site dispose de plusieurs sections proposant des contenus de différentes qualités, il serait intéressant, au moins pour un temps, de séparer ces contenus de natures différentes sur des noms de domaine distincts. Certains affirment qu’utiliser des sous-domaine suffit pour isoler les contenus de nature différente.

Cette opération vous permettra premièrement d’identifier la section de votre site qui est la plus appréciée par Panda, mais cela vous permettra aussi de faire désanctionner la ou les sections de votre site qui n’avaient rien à se reprocher si tel était le cas.

L’analyse de la présentation du site, en 2 mots

Par analyse de la présentation du site, on peut parler d’ergonomie, de beauté ou originalité de webdesign, de la quantité de publicité par rapport au contenu…

Combien de publicités maximum pouvez-vous intégrer à vos pages ?

Un trop grand nombre d’encarts publicitaires par rapport à une faible quantité de contenu sera mal vu par le Panda. En revanche, une page très riche en contenu pourrait logiquement afficher plus d’encarts publicitaires.

Imaginez par exemple une fiche d’annuaire d’entreprises publiant un simple numéro de téléphone. Celle-ci ne devrait pas afficher plus d’une seule bannière publicitaire vu la faible quantité de contenu.

Tout est question de bon sens et ça, Google le préconise depuis des années dans ses guides d’optimisation AdSense.

Retenez simplement qu’il ne faut pas abuser de la publicité si vous n’avez pas suffisamment de contenu. Sinon les bannières publicitaires risquent de devenir le contenu de la page aux yeux des internautes qui se retrouvent donc « trompés » !

N’ignorez pas cela. Google l’a annoncé publiquement et on peut le remarquer depuis que le Panda British existe, des sites qui affichent beaucoup trop de publicités ont baissés.

Il n’est pas nécessaire de retirer toute la publicité de son site (sans laquelle le site ne vous rapporterait plus rien), mais il devient maintenant utile de retirer quelques encarts moins performants. De même, il semble nécessaire de se limiter au strict minimum d’emplacements publicitaires en haut de page (au dessus de la ligne de flottaison, visible sans défilement).

Depuis Panda, la simple modification des intégrations publicitaires de votre site peut avoir un impact positif sur votre positionnement. C’est Google qui le dit et c’est un fait.

Les conseils de Google pour jouer avec le Panda. Oui, mais…

Des conseils pour nous aider à dompter ce nouveau filtre, Google nous en donne beaucoup. Faut-il encore pouvoir les décrypter et savoir sur lesquels se concentrer en priorité. C’est une tâche difficile et nous attendons avec impatience de réussir à isoler plus précisément les critères de ce nouveau filtre. En attendant, nous sommes contraints d’émettre des hypothèses, car dire « il faut un site de qualité », c’est bien, mais ça ne suffit pas.

Nous allons donc nous risquer à paraphraser les 23 questions à se poser pour savoir si notre site est de qualité selon Google. Il s’agit ici de notre interprétation des conseils prodigués sur le site d’aide aux Webmasters, interprétation qui n’engage que nous. Si vous en avez d’autres, elles sont les bienvenues en commentaire de ce billet 😉

1) Les informations contenues dans cet article vous semblent-elles fiables ?

Comment Google pourrait-il déterminer si les infos de notre site sont fiables ou non ?

Un site proposant des infos fiables pourrait recevoir plus de liens, de partages sur les réseaux sociaux (Google+, Twitter, Facebook), ne serait pas bloqué par les internautes avec l’extension Google Chrome «Personal Blocklist », contiendrait des mentions légales, n’aurait pas un fort taux de rebond ou plus précisément ne serait pas victime de Pogo Sticking Google (retour aux résultats de recherche après avoir affiché la page de votre site).

2) Cet article a-t-il été écrit par un expert ou une personne connaissant bien le sujet, ou bien ne donne-t-il que des informations superficielles ?

Comment Google pourrait-il savoir si c’est un expert qui a rédigé un article ?

Pour les petits sites, voici une hypothèse : les sites « thématiques » pourraient être moins impactés par le filtre Panda que les sites « généralistes ».

Autre hypothèse, la richesse du vocabulaire employé pourrait être un signe de qualité : utilisation de synonymes pour désigner quelque chose plutôt que l’ajout répétitif de la même expression clé (keyword stuffing).

3) Le site contient-il des articles en double, qui se chevauchent ou se répètent sur un ou plusieurs sujets similaires, avec de légères variantes au niveau des mots clés ?

Ici le message est clair. Multiplier le nombre de pages sur un même sujet risque de coûter cher au site qui abuse volontairement de cette pratique. Google tente de déterminer la « valeur ajoutée » de chaque page qui semble parler d’un même sujet. Nous préférerons réaliser un long article ou un dossier sur un sujet précis plutôt qu’une série de billets, au risque de voir la totalité des articles pénalisés ou pire, avoir un malus appliqué à tout le site.

4) Auriez-vous suffisamment confiance en ce site pour lui communiquer les informations relatives à votre carte de paiement ?

Pour ce point, nous nous poserions les questions suivantes :
– le site est-il bien orthographié ?
– publie-t-il des mentions légales et conditions générales de vente ?
– a-t-il une page de contact ?
– son nom de domaine est-il une marque ou une répétition de mots clés (exemple : « every-web.com » ou « aide-referencement-google-bidule.com ») ?

Un site officiel devrait également recevoir du trafic moteur sur le mot clé correspondant à sa marque.

Si un site ne remplit pas ces conditions, nous ne voudrions pas lui donner notre numéro de carte de crédit.

5) Cet article contient-il des fautes d’orthographe, de style ou des faits inexacts ?

Si Google voit un site rempli de fautes d’orthographes, de langage SMS, etc., il devrait se poser la question suivante : est-ce normal que ce site soit mal orthographié ?

Par exemple, les réseaux sociaux comme « SkyRock Blog » ou les forums de discussions pour ados n’ont pas trop à s’inquiéter de ce critère. En revanche, si vous désirez vous positionner dans les secteurs du crédit ou del’assurance avec un site d’informations, il va falloir veiller fortement à la qualité rédactionnelle de votre contenu.

Si vous utilisez des techniques de référencement Black Hat et que vos Splogs (spam blogs) sont toujours là où vous les aviez mis avant le déploiement de Google Panda, peut-être est-ce parce que Google n’a pas encore eu le temps de les analyser, ou peut-être que vos Splogs étaient déjà mal placés avant ? Google Panda fait parfois reculer les pages de quelques résultats seulement, et pas toujours de plusieurs dizaines de places.

6) Le contenu proposé correspond-il aux centres d’intérêts réels des lecteurs ou bien n’est-il généré que dans le seul but d’améliorer le classement du site dans les résultats de recherche ?

Ici, il va falloir faire preuve d’un peu de générosité en comptant un peu moins le nombre de mots de ses articles.

Par exemple, cet article « Google Panda, pas si terrible que ça ! » compte plus de 11.000 mots et n’a pas pour vocation de se positionner sur une requête précise comme « Google Panda », mais il devrait générer du trafic de longue traîne (requêtes longues) naturellement… peut-être même sur des expressions surprenantes.

Si vous avez des choses à dire sur votre site, il serait étonnant que vous n’ayez que des pages de maximum 100 mots. Si c’est votre cas, n’espérez pas trop vous positionner sur des requêtes concurrentielles… Un site d’autorité dans son secteur proposera la plupart du temps de vrais dossiers détaillés, avec des illustrations, des intertitres (h2, h3…)…

On peut penser aussi que Google analyse entre autres, tous les titres des articles ou pages de votre site afin de déterminer si une majorité d’entre eux correspondent à des expressions régulièrement tapées par les internautes. Si votre site contient 200 pages avec pour chacune un titre qui correspond précisément à une requête longue présente dans Google Suggest (ou le générateur de mots clés Google Adwords) du même genre que « Comment cuire des pâtes ? » (requête régulièrement cherchée sur les moteurs), Google peut légitimement déduire que vous tentez de générer artificiellement du trafic plutôt que d’attendre que celui-ci arrive naturellement grâce à la qualité de votre contenu.

7) L’article fournit-il des contenus, des informations, des recherches, des analyses ou des rapports originaux ?

Pour ce point, il ne sera pas inutile de bien vérifier et revérifier que votre site ne contient aucun contenu dupliqué (duplicate content). Même si vous contrôliez déjà le contenu dupliqué avant Panda, pensez à revérifier votre site plus finement, car si vous êtes pénalisé, ça peut venir de là !

En effet, si en plus de contenus faiblement dupliqués, vous avez des pubs un peu trop agressives ou éventuellement un taux de rebond trop élevé, Google Panda risque de ne pas vous épargner ce DC (duplicate content). C’est-à-dire que même si vous avez seulement 10 % de vos pages contenant du contenu copié (même partiellement), cela pourrait engendrer un joli -40 % de trafic organique. Une revérification plus fine peut être bonne à effectuer.

De même, cela peut être bénéfique pour votre site que vos pages contiennent : des exclusivités (comme des expressions ou mots, encore peu connus peut-être…), des classements inédits de produits ou autres items, des données chiffrées, des rapports détaillés…
Pour l’exemple, certains sites d’analyses comme WooRank génèrent du contenu automatiquement, mais apportent une vraie valeur ajoutée à leurs pages et donc un contenu susceptible d’intéresser les internautes. À vous de voir si cela est possible pour votre site.

8 ) La page offre-t-elle quelque chose en plus par rapport aux autres ?

On peut encore une fois penser au duplicate content, mais pas seulement. Plusieurs sites peuvent avoir une grande quantité de pages « similaires » bien qu’elles soient « uniques ». Il sera par exemple déconseillé de mettre en ligne un site dont le contenu est construit sur une base de données existante ayant subi un traitement (réécriture partielle des textes…).

Technique de création de contenu « unique » mais « non exclusif »

Imaginons que nous rédigions un article pour ensuite en créer des dérivés uniques, en usant de synonymes, en reformulant simplement les phrases ou pire, en utilisant la technique du « content spinning » (génération de dérivés de texte par remplacements automatiques de mots via un logiciel).
Ces techniques nous semblent évidentes pour générer du contenu « unique », par exemple pour augmenter son nombre de pages ou étendre son réseau de sites.
Nous imaginons donc que si nous connaissons ces techniques, elles sont aussi connues par les équipes de Google Search. Vu les moyens dont Google dispose pour analyser le Web, il nous semble tout à fait possible pour lui de détecter l’aspect « similaire » de deux sites, ou de plusieurs pages.

Suite à la mise en place du filtre « anti duplicate content », les SEO ont élaboré des techniques pour créer du contenu « unique ». Quelques années plus tard, Google contre attaque et met en place son filtre Panda. Panda intègre, entre autres, un filtre permettant de lutter contre ces techniques de création de contenus uniques à faible valeur ajoutée et non exclusifs. Cela semble logique.

9) Dans quelle mesure la qualité du contenu proposé est-elle contrôlée ?

Il est peu probable qu’un site contenant quelques erreurs de frappe ou d’orthographe au sein de ses articles se fasse déclasser par ce filtre. Cependant, faites attention par exemple si vous laissez votre site de petites annonces ou votre forum se remplir sans le moindre contrôle, Google risque de vite le détecter et ne plus vous accorder le statut de « site de qualité ».

Si vous employez des rédacteurs, cela sera plus rentable d’opter pour la qualité en choisissant des prestataires qui ont une orthographe correcte et des connaissances dans votre secteur d’activité.

Si vous laissez vos membres générer du contenu sur votre site et que celui-ci constitue la majeure partie de celui-ci, dressez une ligne éditoriale et modérez le contenu à l’entrée. Les utilisateurs préfèrerons du contenu sans faute d’orthographe/de frappe, avec un bon respect des ponctuations/majuscules/minuscules, etc. Donc, Google aussi ! Ce que l’internaute veut, Google le veut.

10) L’article offre-t-il plusieurs points de vue sur ce qui s’est passé ?

Encore une fois, il sera parfois nécessaire de favoriser des articles longs, avec notamment un vocabulaire riche et des intertitres (balises h2, h3, …).

En effet, même si votre sujet est précis et donc que le titre de votre article est long, il est difficile d’exprimer plusieurs points de vue en moins de 200 mots.

Bien sûr, cela ne s’applique pas à vous si vous ne visez pas de requêtes concurrentielles. Par exemple, si vous gérez un annuaire d’entreprises et que votre but est de vous positionner sur la requête « téléphone de jardinage Dupont & fils à Paris », inutile de rédiger une dissertation sur le sujet pour y coller simplement le numéro de téléphone de ce jardinier.

11) Le site a-t-il une autorité reconnue dans le domaine abordé ?

Votre nom de domaine contient-il des mots clés uniquement destinés à bien vous positionner ou est-ce que votre nom de domaine, comme tous les sites officiels, est le nom de votre marque ?

Est-ce que vous recevez des liens issus de sites de la même thématique que vous ? Ou est-ce que vos seuls liens sont issus d’annuaires de seconde zone ou de sites n’ayant pas la même thématique que la vôtre ?

Générez-vous du trafic issu de la recherche de votre nom de marque dans Google ? Ou êtes-vous complètement inconnu du monde ailleurs que dans les moteurs de recherche ?

Encore une fois, des mentions légales (page dédiée et/ou pied de page) et une page de contact, c’est un minimum qui ne vous coûtera pas très cher pour améliorer votre trustrank (indice de confiance).

12) Le contenu est-il produit en masse, récupéré auprès d’un grand nombre de sources externes ou encore étalé sur un vaste réseau de sites, ce qui fait que chaque page ou site ne fait pas l’objet d’un contrôle très poussé ?

Ne croyez pas que Google va pénaliser un site pour quelques erreurs oubliées par-ci, par-là.

Qu’un site aille quelques pages de faible qualité est normal. Cependant, on comprend aujourd’hui qu’il est nécessaire d’avoir mis en place une routine de vérification manuelle visant chaque nouvelle page de notre site.Le temps où l’on pouvait faire indexer n’importe quoi est révolu. D’autant plus que Google semble vouloir économiser ses serveurs en baissant le nombre de crawl (parcours des pages Web) pour les sites contenant des pages jugées de faible qualité par Panda.

Pour avoir du succès sur Google, faites un ou quelques sites de qualité, qui proposent des pages qui sontdignes d’intérêt (même vérifiées individuellement).

Sinon, encore une fois, si cela est nécessaire pour votre site et si vous visez les sommets : veillez à l’orthographe, vérifiez les fautes de frappe, évitez le spam et la répétition de mots clés (keyword stuffing) ainsi que les phrases sans queue ni tête.

13) L’article est-il soigné ou semble-t-il avoir été rédigé à la va-vite ?

Voir le point précédent. Avec Panda, Google insiste beaucoup sur la qualité rédactionnelle de vos contenus.

Faites également attention à l’utilisation judicieuse des ponctuations (points, virgules, espacements…). Si votre site est composé à 30 % d’articles contenant des phrases de 50 mots sans virgule, sans point, sans majuscule, cela sera facilement détecté par le Panda et ça pourrait ne pas jouer en votre faveur.

14) Si vous aviez une question relative à un problème médical, feriez-vous confiance aux informations contenues sur ce site ?

Beaucoup de MFA (« Made for ads », ou sites réalisés pour la publicité) traitent de tous les sujets, même les plus sérieux, comme la santé. Il va être nécessaire pour eux de montrer patte blanche, de se faire un nom, d’obtenir de bons liens, de travailler leur branding (leur nom de marque). Pour cela, évitez tout d’abord d’utiliser un site préfabriqué avec un template n’ayant subi aucune personnalisation. Rien ne dit que Google ne travaille pas avec sur les aperçus visuels des sites pour dénicher les réseaux de sites utilisant un template commun. Google en a les moyens.

Évitez aussi d’utiliser un nom de domaine tel que « medecin-sante-conseils-guerir.biz » et trouvez-vous un vrai nom !

Une page de mentions légales et une page de contact ne vous coûteront pas cher.

Un contenu unique, détaillé et parfaitement orthographié nous semble plus que nécessaire pour ce type de thématique.

15) Le nom de ce site vous évoque-t-il une autorité compétente ?

Comme dit plus haut et comme cela a été déclaré par Google, il est devenu risqué d’utiliser une suite de mots clés en tant que nom de domaine. Il pourrait être utile de générer du trafic lors de recherche sur son nom de marque, de recevoir des liens et des citations avec comme texte, le nom de sa marque (son nom de domaine…).

Un site officiel ou un projet Web sérieux se créé un nom sur la toile, alors qu’un MFA (Made For Ads) n’obtenant que du trafic moteur peut très bien se satisfaire d’un nom de domaine plein de mots clés.

En 1 mot, créez une marque et popularisez là. Ça vous fera gagner des points !

16) Cet article propose-t-il une description complète du sujet ?

Si le sujet de votre article est très précis et que la requête visée est peu concurrentielle, vous devriez pouvoir vous satisfaire d’un texte descriptif court.

À l’inverse, si votre objectif est de vous placer 1er sur une expression à forte concurrence, pouvant générer beaucoup de trafic et de clients potentiels, il vous faudra une grande quantité de contenu de qualité tournant autour de votre thématique principale.

Vous partirez du bon pied si vous disposez de nombreuses pages détaillées, proposant du contenu original segmenté en intertitres (balisage h2, h3…).

17) Cet article propose-t-il une analyse poussée ou des informations ayant demandé un certain travail de réflexion ?

Google se répète beaucoup et insiste encore et toujours sur la richesse des articles de votre site comme critère de positionnement. Un vocabulaire étendu donnera comme signal à Google qu’il s’agit d’un écrit rédigé par un expert dans le domaine qui connait les mots à utiliser pour désigner ce dont il parle.

En effet, un rédacteur free-lance embauché pour une mission de rédaction sur un sujet pointu ne connaitra peut-être pas tout le vocabulaire lié à votre thématique phare. Vos concurrents directs, qui eux connaissent bien leur sujet (et les termes qui s’y rapportent) passerons logiquement devant vous après le passage du Panda si vous n’y mettez pas les moyens.

18) Est-ce le genre de page que vous aimeriez ajouter à vos favoris, partager avec un ami ou recommander ?

Tout d’abord, pensez à ajouter les boutons de partage Google+, Facebook et Twitter. Vous bénéficierez de bons points attribués à vos pages de contenu grâce aux utilisateurs que vous aurez satisfaits. Pensez également à créer un profil sur ces 3 réseaux sociaux. C’est gratuit et améliorera (in)directement votre référencement.

Avoir un site très intéressant permet aussi, en plus de recevoir des liens, d’être mis en favoris par les internautes et donc de recevoir du trafic direct qui pourrait être détecté par Google grâce à Google Analytics, Google Toolbar, Google Chrome, Google AdSense…

Cette mise en favoris pourrait aussi être prise en compte par le service de Bookmarks de Google comme ça peut être le cas pour le nombre d’utilisateurs abonnés à votre flux RSS (si votre site en propose un).

19) Cet article contient-il un nombre excessif d’annonces qui distraient le lecteur ou l’empêchent d’accéder au contenu principal ?

Très important. Cela semble vraiment tenir à coeur au gentil Panda.

Nous ne préconisons pas de supprimer toutes les publicités de vos pages. Un site à contenu doit être rentabilisé et dans de nombreux cas, le seul moyen d’y parvenir est la publicité. Ce que Google désire, c’est que cela ne soit pas freinant pour l’utilisateur qui souhaite accéder au contenu que vous lui promettez.

Pour vous assurer de respecter ce critère, n’affichez pas plus de deux encarts publicitaires larges sur vos pages à moins d’y diffuser de très longs articles détaillés ou de nombreuses informations.

De même, n’affichez jamais plus d’un encart pub large dans la zone visible sans défiler (au dessus de la ligne de flottaison) et veillez à avoir suffisamment de contenu réel affiché dans cette zone.

L’utilisateur ne doit pas pouvoir considérer la publicité de vos pages comme étant du contenu. Son attention doit pouvoir être captée directement grâce à votre contenu réel en premier lieu.

Une bonne optimisation simple à mettre en place pour afficher un maximum de contenu haut dessus de la ligne de flottaison (above the fold) serait d’élargir votre site et de réduire la hauteur de la bannière d’entête.
Ainsi vous pourriez intégrer une publicité au sein de votre contenu tout en affichant suffisamment de texte à vos visiteurs sans qu’ils aient à faire défiler la fenêtre de leur navigateur. Vous alliez donc « publicité optimisée, qui rapporte des gains » et « site ergonomique Panda Friendly ».

20) Pourriez-vous trouver cet article dans un magazine, une encyclopédie ou un livre en version papier ?

Google nous dit la même chose de plusieurs manières différentes. Nous ne voyons pas une grande différence avec la question : « L’article est-il soigné ou semble-t-il avoir été rédigé à la va-vite ? ». On parle toujours de «contrôle qualité ».

Ne prenez peut-être pas ces conseils au pied de la lettre. Certains types de sites n’ont pas vocation à être écrits comme un magazine ou une encyclopédie.

Vous n’êtes pas obligé de réserver l’accès à votre forum de discussion aux membres qui ont eu le prix Goncourt. Veillez juste à ne pas tenter de vous positionner sur Google volontairement avec du contenu qui n’est en rien utile aux internautes. La soupe de mots a fait son temps.

Par contre, si vous pensez que votre contenu a un intérêt plutôt faible pour les internautes, vous pourriez peut-être contrebalancer cela et mettre plus de chances de votre côté en attachant plus de soin à l’orthographe de vos textes. Mais si votre site est utile à l’internaute avec le niveau d’orthographe actuel, il peut être judicieux de travailler d’autres critères en priorité.

21) Les articles sont-ils inutiles, car trop courts, trop superficiels ou trop vagues ?

Un article inutile est un article clairement destiné à se positionner sur les moteurs avec un texte qui n’apporte rien.

Un texte trop court n’a pas de longueur précise. Cependant, si vous désirez vous positionner sur une requête avec un article qui a pour titre « Le rachat de crédit », il va falloir y mettre les moyens et faire une analyse poussée du sujet pour pouvoir émerger dans les 100 premiers résultats sur Google.

Une page au contenu vague ou superficiel est une page qui ne contient pas de termes « précis » ou « pointus ». Par exemple, si votre site traite de « matériel informatique », avoir du vocabulaire technique qui sera bien décrit aux internautes devrait être apprécié par Panda.

Tenter de se positionner dans une thématique complexe avec des textes rédigés par quelqu’un qui ne connait rien à votre secteur d’activité risque de devenir très difficile…

Google investit maintenant dans l’analyse profonde des contenus afin de nettoyer ses résultats de recherche. Pour Google, analyser des centaines de pages qui traitent d’un même sujet pour trouver les pages ayant le vocabulaire le plus riche et le plus pertinent, c’est possible ! Pour lui plaire, il faudra être plus exhaustif, plus précis, plus juste et plus pertinent que le voisin.

22) Les pages ont-elles ou non été produites avec beaucoup de soin et de rigueur ?

Qu’est-ce qu’une page produite avec soin et rigueur ?
Comme pour certaines questions précédentes, on pense entre autres à l’utilisation judicieuse des signes de ponctuation et des mises en forme.
Par exemple : points, virgules, espacements, paragraphes, majuscules, orthographe, balises d’intertitres, balises de mise en évidence (gras, italique)…
Au risque de se répéter, encore une fois, le vocabulaire pointu semble aussi utile aussi pour ce critère.

23) Les internautes qui accèdent à ce genre de pages ont-ils des raisons de se plaindre ?

Pour cette dernière question, on pense notamment au phénomène de Pogo Sticking Google (retour sur Google directement après avoir affiché votre site). On pense aussi au blocage de sites indésirables grâce à l’extension du navigateur Chrome « Personal Blocklist ».

On peut aussi penser d’une part, au faible nombre de liens issus de sites externes pouvant être jugés de qualité ou d’autre part, au faible nombre de pages partagées par les utilisateurs de réseaux sociaux.

Qui sait, Google Panda prend peut-être aussi en compte les avis des internautes glanés un peu partout sur le Web. Il peut donc être utile de ne pas négliger les avis qui accompagnent les liens faits vers votre site depuis ces pages qui parlent de vous… Travaillez votre e-réputation !

Conclusions sur les hypothétiques critères de Google Panda

Passez toutes les réponses à ces 23 questions à la moulinette, pondérez le tout en fonction de votre type de site, en fonction de son succès auprès des internautes (nombre de pages vues…) et voyez tous ces critères mis les uns à côté autres, dans leur ensemble. Ensuite, agissez sur ce qui vous semble être prioritaire.

Si ces hypothèses sont en partie exactes, Google Panda a déjà de quoi faire dans sa tâche à déterminer s’il y a un « malus » (une pénalité) à appliquer à vos positions dans les classements de son moteur de recherche, et si ce « malus » doit-être important ou non pour le bien de ses utilisateurs en quête de sites intéressants.

En deux mots

Pensez « qualité » et « utilisateurs » dans toute votre démarche de gestion de site !

Le contenu est roi, et maintenant, c’est vrai !

Aspect pouvant aussi s’avérer bénéfique pour votre positionnement Google Panda : travaillez votre marque (branding), faites vous connaitre à l’extérieur du Web, participez de façon sociale au Web grâce aux sites communautaires et si vous pouvez, récoltez des avis positifs pour votre site Internet…

Les avis des Webmasters et consultants SEO.

Pour vous aider à y voir encore plus clair, rien de tel que d’avoir l’avis de professionnels expérimentés ayant observés lancement de notre Panda français.

Merci à eux d’avoir accepté de nous faire part de leur avis et d’avoir répondu un dimanche 14 août. 😉

L’avis de Didier Barbeau (@LittleBuzz) sur le déploiement de Google Panda.

Didier, quel est ton avis sur le déploiement de Panda sur les sites francophones ?

Pour tout dire, j’attendais Panda avec impatience. J’ai rarement lu autant de bêtises sur un même sujet. Ça en devenait indigeste. En même temps, personnellement, je ne le craignais pas, n’ayant aucun site directement visé par Panda. Tout juste avais-je une toute petite appréhension concernant mes sites dont une part importante est composée de petites annonces. Finalement, pas de dégâts pour moi.

Il est encore trop tôt pour tirer un bilan précis, mais il semble que si l’intention est bonne de la part de Google, il reste encore des monceaux de sites à très faible valeur ajoutée, si tant est que l’on puisse se mettre d’accord sur la valeur ajoutée ! Les MFA sont a priori toujours en place, et ont eux aussi profité du dégagement des premières places par les sites touchés.

Je suis très précisément le secteur du spectacle et de l’événementiel, par mon activité principale d’entrepreneur de spectacles (artemia.fr); secteur pas du tout intéressant pour les fermes de contenu et autres comparateurs. Logiquement, je n’ai observé aucun changement dans un sens comme dans l’autre.

En revanche, sur la thématique du bijou, avec mon site de bagues en argent, Zandira, c’est tout autre chose ! Quasiment toutes les premières places ont été perdues par les comparateurs, avec une grosse claque observée pour Twenga. Là aussi, logiquement, j’en ai profité à la hausse. Ceci dit, ce n’est pas non plus la révolution !

Bref, finalement pas surpris, voir un peu déçu du peu d’impact finalement.

Didier, quels conseils donnerais-tu en priorité aux webmasters dont le site serait filtré par Panda ?

J’aimerais savoir combien de sites sont réellement touchés. Il me semble qu’il s’agit principalement de très gros sites, dont les équipes ont utilisé toutes les « failles » de Google, pour avoir une présence maximum sur le net. Leurs techniques ne fonctionnent plus aujourd’hui, mais, mis à part la brutalité de l’événement, je n’ai aucun doute sur le fait que ces mastodontes trouveront des solutions pour revenir.

Pour les autres, je suis quasi certain que dans 90 % des cas où un webmaster dira « je suis filtré par Panda », il n’en sera rien, en réalité et que la cause sera à trouver ailleurs.

Sinon, pour éviter ce filtre et les autres, on en revient toujours au même, et il n’y a rien de nouveau à ce sujet :du contenu intéressant, unique et fait pour le visiteur.

Merci Didier.

L’avis de Vincent Lahaye (@Jambonbuzz) sur le déploiement de Google Panda.

Vincent, quel est ton avis sur le déploiement de Panda sur les sites francophones ?

Mon avis sur le déploiement de Panda est qu’il est un peu tôt pour voir les premières conséquences. Selon Google, la mise à jour affecterait 6 % à 9 % des requêtes ce qui peut paraitre énorme, mais qui se relève être assez faible quand on pense qu’il s’agit d’un déploiement mondial hors langues anglaise et asiatiques. (source)

Je ne suis donc pas étonné de voir que certains sites que tout le monde considérait comme « spam » soient encore présents sur Google. Par contre je suis fortement étonné des premières statistiques énoncées par Ranking Metrics. Je trouve cela bizarre de lancer des chiffres sans donner la méthode de calcul. Quels sont les facteurs ? Combien de mots clés ont été évalués ?

Travaillant actuellement pour un comparateur de prix (qui n’a pas été touché lors de cette mise à jour) et un site de codes promo (poulpeo.com), je connais la dépendance de ces sites à la longue traine et je pense que il faut une sacré analyse pour faire une corrélation entre perte de visibilité sur des termes forts et perte de trafic. Olivier Duffez, si tu lis ce message, je suis preneur !

Personnellement, je vais attendre un bon mois avant de voir si Panda a eu un effet si désastreux que ça. Le vendredi midi veille de week-end de trois jours durant les vacances n’est pas forcément le moment idéal pour s’apercevoir d’une variation de trafic due aux moteurs de recherche et uniquement à eux…

Par contre, petit point sur le Panda, la mise à jour n’est qu’une ébauche à mon humble avis. Les promesses n’ont pas été tenues. Certains sites bien connus pour acheter / vendre des liens ou publier du contenu de faible qualité sont encore très bien positionnés dans les résultats. Une deuxième vague est sûrement à prévoir d’ici 3-4 semaines.

Et bien sur, il faut ajouter à cela les dizaines de modifications apportées aux algorithmes standards de classement depuis le lancement de Panda aux Etats-Unis.

Vincent, quels conseils donnerais-tu en priorité aux webmasters dont le site serait filtré par Panda ?

Même si cela fait quelques jours, je pense que les webmasters savent très bien ce qui ne va pas avec leurs sites. Les consignes sont connues et sont même disponibles chez Google.

Je pense que le meilleur outil du référenceur ces prochains jours va devenir l’outil de statistiques. Il va falloir repérer les pages dilemmes ou mortes, celle qui font fuir les internautes ou qui les font rebondir ailleurs et les traiter directement (suppression, redirection, fusion).

Deuxième conseil : ne fuyez plus les liens en nofollow ni les liens qui ont comme ancre votre nom de marque, ces outils peuvent vous permettre de faire autorité dans votre domaine.

Un dernier conseil que je donnerai est de passer en revue les sites à la recherche des fautes d’orthographe. Ce n’est pas forcément la première chose qui vient à l’esprit, mais ce critère de qualité semble rentrer dorénavant dans les guidelines de Google.

Je m’arrête là pour le moment. Comme dit un peu plus haut, je reviendrais sur certains éléments surJambonBUZZ prochainement, histoire de voir et lire les différents points de vue de chacun.

Merci d’avoir pensé à moi pour l’interview !

Merci Vincent.

L’avis de Martin Korolczuk (@Martin1975) sur le déploiement de Google Panda.

Martin, quel est ton avis sur le déploiement de Panda sur les sites francophones ?

Panda fait beaucoup parler de lui parce que c’est une mise-à-jour qui touche de gros sites en les pénalisant de manière importante. Ces sites ont largement compté sur des astuces superficielles pour occuper les premières places de résultats avec une valeur ajoutée somme toute très discutable. Ainsi, avec Google Panda, les agrégateurs de contenus tiers tendent à disparaître en premier lieu des premières pages de résultats.

Le déploiement de Panda à l’international, dont les versions francophones de Google, notamment les versions françaises et belges, est sans grande surprise, sinon qu’il se faisait attendre. Tout comme pour la version anglophone du récent algorithme déployée quelque six mois plus tôt, les agrégateurs francophones tendent à disparaître, qu’il s’agisse d’agrégateurs de blogs ou de comparateurs de prix, ou encore de sites connus depuis des années comme offrant des contenus sans aucun intérêt par millions de pages.

Là où se situe la surprise, c’est au niveau de la relative modestie des résultats impactés en français. Google avait ainsi annoncé à l’origine toucher 12 % de résultats pour la version anglophone de Panda, alors que la version francophone ne concernerait que de 6 à 9 %. Peut-être que les six mois d’expérience sur la version anglophone ont incité Google à réduire la portée de leur algorithme, ou bien les requêtes francophones sont plus variées que leurs équivalents anglophones ? J’avoue l’ignorer. Toujours est-il que l’on peut s’attendre à une réévaluation mensuelle des paramètres de l’algorithme en français tout comme cela semble être le cas pour la version anglophone.

Concernant mon avis à proprement parler, je vois l’arrivée de Google Panda comme bénéfique. Si l’on parle des chutes spectaculaires, on tend à oublier que la plupart des sites remontent, certes, plus modestement, mais gagnent en visibilité et donc en audience. L’originalité, l’exhaustivité et la pertinence des contenus rédactionnels est ainsi favorisée. C’est une très bonne chose. Ainsi, l’on constate que les sites proposant des contenus rédactionnels de qualité répondant aux attentes légitimes des Internautes gagnent en positions, et donc en audience, ce qui est bénéfique pour tous. Les sites marchands proposant des guides d’achat, ou présentant leurs articles de manière spécifique et détaillée gagnent en visibilité.

Pour autant, Panda n’est pas l’unique modification d’algorithme de Google, bien que ce soit certainement la mise-à-jour la plus vaste appliquée ces dernières années. Google continue à mettre à jour son moteur en permanence, et plutôt que de se focaliser sur une mise à jour en particulier, les webmasters et les référenceurs devraient se recentrer sur l’essentiel : les consignes générales données aux webmasters par Google. Alors qu’aux débuts de son existence, Google était assez avare en conseils, le moteur est devenu beaucoup plus prolifique en conseils, les diffusant au travers des blogs, des pages d’aide, des forums, des vidéos, des conférences et autres sources.

Enfin, je regrette tout de même le principe de fonctionnement de Panda. D’après les analyses que l’on peut lire ci-et-là, c’est un filtre en post-traitement appliqué aux résultats de recherche avant leur affichage. C’est donc un algorithme assez superficiel, plutôt qu’une modification de fond.

En conséquence, ma crainte est qu’un site pénalisé par Panda continue tout de même à transmettre son autorité d’antan aux pages liées, et donc qu’un site de spam qui n’apparaît pas dans les résultats de recherche continue à promouvoir toujours autant les sites pour lesquels il avait été mis en place. Ainsi, un site en apparence légitime, mais promu par un réseau de splogs, par exemple, ne semble pas craindre Panda en particulier, ce qui réconforte de nombreux référenceurs black hat dans leur démarche de création de splogs et autres spams de forums en quantités industrielles.

Martin, quels conseils donnerais-tu en priorité aux webmasters dont le site serait filtré par Panda ?

Je conseille aux webmasters et référenceurs de relire les pages de conseils officiels de Google, dont :

Ils y trouveront une quantité d’informations tout à fait pertinente.

Dans les conseils généraux, je conseille de privilégier des contenus originaux et pertinents répondant exhaustivement aux attentes légitimes des Internautes. Les sites qui profitent de Panda, plutôt que d’en subir les foudres, semblent être ceux dont le taux de pages au contenu original et de qualité par rapport à l’ensemble des pages du site est le meilleur.

Dans le cadre d’une boutique, cela implique de décrire chaque produit mis en ligne de manière unique, plutôt que de se contenter de republier les fiches fournies par le fabriquant, et d’y associer des conseils d’utilisation, en plus de guides d’achat. Dans les pages récapitulatives des catégories de produits, il convient d’y ajouter une présentation de la catégorie, plutôt que de se contenter d’une liste en vrac de produits. En outre, il est sans doute pertinent de bloquer l’indexation de certaines pages récapitulatives, comme l’affichage des mêmes listes par ordre alphabétique, par date, par couleur, ou encore les résultats de recherche du moteur interne du site.

Pour un blog, il convient de mettre en avant les articles du site, en limitant la duplication des contenus sur les pages récapitulatives que sont les archives par date, par catégorie, ou encore par tag. Cette duplication peut être limitée en limitant l’affichage de l’introduction sur les pages récapitulatives, voire en bloquant le référencement de ces pages dans les moteurs de recherche. Si l’on tient à les conserver, il est pertinent d’ajouter une description unique et pertinente de chaque catégorie et de chaque tag. De nombreux créateurs de thèmes ou de blogueurs WordPress ont tendance à l’oublier, mais WordPress gère les descriptions des catégories, des tags, et même des auteurs ! Voici plein de contenus qui peuvent rendre des pages récapitulatives à la fois originales et utiles aux visiteurs !

Il existe aussi quelques astuces superficielles pas trop difficiles à mettre en place.

Par exemple, certains référenceurs ont remarqué que la séparation de certaines parties critiques d’un site en sous-domaines permettait de regagner des places dans Panda. Ainsi, la pénalité de Panda se limiterait à un sous-domaine particulier. Il suffirait alors de séparer les contenus que l’on sait unique et de qualité sur le domaine principal ou un sous-domaine particulier — comme les guides d’achat d’une boutique en ligne —, et d’isoler les contenus à la qualité plus aléatoire dans des sous-domaines distincts — tel un forum associé au site principal. Eventuellement, lorsque l’on traite de plusieurs sujets, les isoler sur des domaines distincts est une démarche pertinente, et limite les risques d’une pénalité appliquée à un site dans son ensemble.

Aux plateformes hébergeant des contributions tierces, telles les plateformes de blogs, ou les forums, je leur recommande vivement de lutter contre le spam web, par exemple en supprimant ou en désindexant les pages aux contenus de piètre qualité. Le CMS communautaire WordPress Network permet ainsi de désindexer un splog des moteurs de recherche sans l’effacer, évitant ainsi à toute la plateforme de subir une pénalité. Les CMS de forum sont très vulnérables au spam, rares étant ceux qui luttent efficacement contre ce type d’attaques, se concentrant parfois exclusivement sur les profils. Lorsqu’un forum apparaît pénalisé par Panda, il convient de vérifier en premier lieu le profil des membres, en particulier de ceux qui n’ont jamais ou peu posté sur le forum. Ces profils comportent souvent des liens, et ils sont très largement spammés, pénalisant ainsi toute la plateforme.

Enfin, pour résoudre des cas particuliers, rien ne vaut une analyse externe faite par un professionnel. Aussi, un audit en référencement confié à un professionnel compétent peut s’avérer particulièrement utile à de nombreux sites. Pour autant, il convient de se rappeler qu’un audit est un point de départ, et qu’il convient de prévoir un budget quant à l’application des conseils proposés.

Martin de Une araignée au plafond et Petitnuage.fr (agence Web à Rennes).

Merci Martin.

L’avis de Yavuz Kutuk (@YavuzKutuk) sur le déploiement de Google Panda.

Yavuz KutukTout d’abord, je tiens à te remercier d’avoir pris le temps de rédiger cet article aussi riche en contenu qu’instructif.

Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis consultant SEO (yavuz.pro) pour l’agence de référencement internet Expo Web et je gère aussi le Portail SEO Yavuz.fr (actualités référencement).

Yavuz, quel est ton avis sur le déploiement de Panda sur les sites francophones ?

Je pense que la mise à jour de Google appelée « Panda » est une très bonne initiative dans le sens ou chaque programme a forcément des failles et des bugs.

À vrai dire, « Panda » est fraîchement déployé et il est difficile même avec du recul et étant référenceur aguerri d’avoir une vision globale et détaillée des modifications.

Toutefois, je répondrais à ta question en trois parties :
1 – les sites visés par « Panda »
2 – les sites qui ne devraient pas être affecté par la mise à jour
3 – les sites dont je suis le référenceur

1 – Les sites visés par « Panda ».

Il était difficilement compréhensible que certains sites (ceux visés par « Panda » qui polluaient les pages de résultats. Les gros portails vident de contenu) ne respectent nullement les conditions de « bonnes conduites » dictées par Google (normal, c’est son moteur de recherche) étaient toujours positionné en première page sans même avoir de contenu.

Pour moi, ceci est une faille et/ou un bug car un site (ou une page) ne respectant pas les deux règles fondamentales, que tu connais et que je citerais plus bas, du référencement ne devrait pas avoir sa place en première page dans le moteur de recherche Google. Même si le site a une forte popularité et un indice de confiance élevé. Pour exemple, le fait qu’untel est intelligent, tout ce qui dit est une vérité universelle ! C’est inconcevable pour moi (possible que je suis dans l’erreur, personne n’est parfait).

Des exemples concrets auraient été mieux, mais je ne vais pas porter préjudice à qui que ce soit. J’ai la même philosophie que la justice française, je suis pour la présomption d’innocence.
Mais bon maintenant qu’il y a eu la mise à jour « Panda », nous devrions avoir de moins en moins ce type de problème, du moins je l’espère.

2 – Les sites qui ne devraient pas être affectés par la mise à jour.

Ceci dit, beaucoup de webmasters ont eu peur que leur site soit touché par « Panda ». C’est une « bonne chose » car il faut savoir toujours se remettre en cause sinon on n’avance pas. Personnellement, je n’ai jamais douté même une seconde que cette mise à jour pourrait affecter le site d’un webmaster (comme toi par exemple) ou d’une société qui s’implique personnellement dans son projet.

Je dirais juste à ces webmasters de continuer dans le même sens, car ils sont dans le vrai.

3 – Les sites dont je suis le référenceur.

Pour ma part, je m’occupe d’une cinquantaine de sites en simultané et je peux dire qu’aucun des sites dont je suis le référenceur attitré n’a subi un quelconque déclassement, désindexation ou chute vertigineuse de trafics liés directement à « Panda ».

Pourquoi ? Je travaille de façon bête et disciplinée 🙂 . Si Google vous dit que les liens « naturels » est un critère de choix et de positionnement alors je l’applique, point barre. Nous savons que Google demande aux webmasters d’appliquer un maximum de critères alors pourquoi ne pas les appliquer.

C’est la clé de la réussite et d’un bon positionnement.

Yavuz, quels conseils donnerais-tu en priorité aux webmasters dont le site serait filtré par Panda ?

Vous savez « Panda » or not « Panda », Google ne peut pas changer sa programmation radicalement. Demander à un analyste développeur de modifier toute la structure d’une base de données ou un programme utilisé par des millions de gens de façon radicale. Je ne sais pas vous, mais même avec des milliers d’analystes et de développeurs, je ne tenterais pas le diable.

Dans la première question, j’ai souligné qu’il existait deux règles fondamentales pour être positionné dans Google. Je peux vous dire et le certifié quand apportant du contenu de qualité et en travaillant les backlinks vous pourrez vous positionner sur des tops requêtes.

Ce que je conseillerais aux webmasters frappés par « Panda » or not « Panda » :

Si vous êtes blacklisté, oubliez le nom de domaine c’est peine perdue. Comment savoir si vous êtes blacklisté ou pas ?
– Utilisez la commande site:nomdedomaine.com dans Google, si vous n’avez aucun résultat, les carottes sont cuites. Changez !

Si vous déclassés, perte de trafics, etc. « Panda » or not « Panda », revoir :

– La structure de vos pages et de votre site,
– Le contenu des pages (prenez exemple sur cet article),
– Les backlinks de vos pages,
– Le titre unique pour chacune de vos pages,
– Les 404 (non pas les 4400 🙂 ),
– Le contenu dupliqué,
– Le code source,
– Le ratio textes/liens,
– Les liens externes,
– La vitesse d’affichage de vos pages,
– Structure des liens
– Structure de la navigation,

Pour plus d’informations, je vous invite à imprimer et coller sur le mur le plus proche, ce document officiel (SEO Starter Guide by Google).

Il vous en dit long sur l’optimisation d’un site pour le moteur de recherche Google.

Ces conseils sont purement destinés pour le référencement naturel, après il existe une autre facette c’est l’activité et l’ergonomie d’un site, mais ce n’est pas la question ici.

Peut-être dans un prochain chapitre… qui sait ?

Je vous dis à bientôt et bon Panda.

Merci Yavuz.

L’avis de Loran750 (@Loran750) sur le déploiement de Google Panda.

Loran750, quel est ton avis sur le déploiement de Panda sur les sites francophones ?

La mise en production de l’algorithme Panda de Google n’a pas été une surprise pour ceux qui avaient pu observer les ravages qui s’étaient produits il y a quelques mois sur les sites US/UK.

En effet, tout le monde a vu soit avec délectation, soit avec effroi les parts de marché (ou plutôt le positionnement / trafic) des sites en question se prendre des tôles allant jusqu’à -95%

Les grosses fermes de contenu, les agrégateurs de contenu ainsi que les comparateurs de prix ont été les sites les plus touchés. Et c’est ce qu’attendait finalement tout le monde.

Hey ! Ne nous cachons pas, tous ces sites qui fonctionnent sur le modèle économique de « je prends à droite, je prends à gauche, je fais travailler l’internaute » exaspéraient bon nombre de webmasters, moi y compris lorsque je voyais ce genre de sites DEVANT les sites de mes clients.

Alors, quelle ne fut ma joie de voir qu’au 1er jour du déploiement de Google Panda en France, tous mes sites ainsi que les sites clients (dont les sites concurrents étaient ceux visés par Panda) dépasser ces fameux sites !

Entre les Wikio, CommentCaMarche et autres comparateurs de prix, ils se sont prix une belle gifle, et ça me fait plaisir.

Cependant, la gifle a été moins importante qu’aux US/UK, parce qu’ils ont su anticiper le déploiement français de Panda en modifiant en profondeur leurs sites (contenu, architecture, optimisation). D’où un impact tout de même bien moins important (-10% à -40% pour ces sites).

Loran750, quels conseils donnerais-tu en priorité aux webmasters dont le site serait filtré par Panda ?

Pour ma part, je n’ai eu aucun site impacté par Panda, que ce soit des sites m’appartenant, des sites clients… Que ces sites soient référencés en suivant les guidelines de Google (100% white hat, 100% black hat) ou qu’ils soient purement et simplement référencés « à la one again » (100% black hat, 0% white hat).

Alors ce que je peux dire c’est d’appliquer les techniques que j’utilise, que j’utilisais et que j’utiliserai :

  1. Optimisation : Votre site ne doit pas être sur-optimisé ou optimisé de manière trop optimale. Vous pouvez « dés-optimiser » vos sites. Exemple : retirer des H2 comme je l’ai vu chez un webmaster pas plus tard qu’hier.
  2. Netlinking : toujours et encore créer des backlinks de toute nature (de qualité ou pas)
  3. Contenu: surveillez vos contenus qui pourraient être dupliqués, et faites évoluer vos contenus. Quelques changements/ajouts permettent de montrer à Google qui est le propriétaire d’origine
  4. Réseaux sociaux : Ne pas hésiter à utiliser à fond tous les réseaux sociaux, à avoir des fans et des abonnés, car Google est très attentif à ces sites. Au minimum : Twitter et Google+
  5. Faire du black hat avec parcimonie. Il est indispensable aujourd’hui de référencer son site en utilisant au minimum la technique de linking ascendante :
    splogs –> blogs propres –> pages intermédiaire (annuaires, forums, digg, …) –> « Money Site ».
    La technique en pyramide permet de faire monter le niveau de référencement de chaque site/page à chaque niveau.
    Cependant, il faut faire très attention, ne pas interlier les pages à outrance (sur un même niveau ou entre des niveaux). Mon avis actuel est de rendre chacun des sites d’un niveau indépendants les uns des autres.
    Je vais en parler plus en détail dans quelques jours sur mon blog de référencement SEO (UnPeuDeSEO).
  6. Faire appel à un expert en Eucalyptus (qui a dit comme moi ? ça doit être Matt Cutts, cheerleader en chef de Google. Je préfère rester modeste & humble), afin d’auditer et de ré-optimiser votre site pour le rendre panda-friendly.
    Je l’explique dans mon article dont le thème est Pourquoi il est indispensable de faire appel à un référenceur comme moi pour s’occuper du référencement de votre site
    En effet, je suis importateur exclusif du parfum d’ambiance à l’eucalyptus pour séduire les pandas. Attention à l’accouplement avec votre site, vous risquez une explosion du trafic 😉

Un dernier mot puisque j’en ai l’occasion ? Je souhaite vous inviter à commenter mon nouveau blog UnPeuDeSEO, sorti il y a 2 semaines. C’est un blog sur le référencement SEO, sur un ton décalé, parfois impertinent, souvent sérieux.
Au fait, quelqu’un a envie de guest bloguer ? 100 balles et un mars ?

Merci Loran750.

L’avis de Samy Berkani (@SamyBerkani) sur le déploiement de Google Panda.

Une brève présentation de mon activité sur Internet.

Je suis Samy Berkani, (Expert) SEO et intéressé par le développement web et le graphisme à mes heures perdues. Je suis également entrepreneur (fondateur de la société Inside Créations) et e-commerçant (un premier projet de vente en ligne de collants fantaisie et d’autres projets à venir …). En temps que prestataire, je propose donc des services en référencement naturel, netlinking, rédaction web, création de boutiques e-commerce …

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur moi : Agence de référencement (inside-referencement.com).

Pour celles (et ceux) qui seraient intéressés par des collants originaux : Vente de bas et collants fantaisie (letiroiracollants.com).

Samy, quel est ton avis sur le déploiement de Panda sur les sites francophones ?

Voila une mise à jour qui a fait trembler la planète web ces derniers mois. J’avoue avoir tremblé par moments pour certains de mes (vieux) sites perso mais les bonnes pratiques ne peuvent qu’être récompensées. De fait, je me posais plus de questions quant à l’ampleur de l’impact de Google Panda que sur le « type » de sites qu’il allait toucher.

J’étais donc comme tout le monde, à tirer des conclusions sur ce qu’a bien voulu nous donner Google comme informations, et sur l’impact de Panda sur les sites anglophones. Le résultat est plutôt rassurant.

Je pense donc que d’une manière générale, cette mise à jour est positive pour les acteurs du web « sérieux ». Ceux qui ont négligé le contenu rédactionnel devront s’y adapter (et très vite) car l’impact est là !

Samy, quels conseils donnerais-tu en priorité aux webmasters dont le site serait filtré par Panda ?

Tout dépend de la raison ! Si un site est filtré pour contenu dupliqué, cela ne change rien au passé. Il faut faire l’effort de créer du contenu. Comme ça n’est pas forcément à la portée de tous le monde d’un point de vue qualitatif et quantitatif, je conseil de réduire le nombre de publications. Grosso modo, privilégier la qualité et la promotion sur la quantité.

Pour ceux qui ont la possibilité d’y allouer un budget, il ne faut pas hésiter, à condition que le résultat soit bon.

Si le site est filtré pour « manque de contenu », la logique est la même. Je conseillerais de ne pas indexer les pages pauvres en contenu, sans pour autant tomber dans la paranoïa (comprenez pas là que je ne considère pas les pages telles que contact ou qui sommes-nous comme des pages « pauvres en contenu »).

Enfin, si on ne connaît pas les raisons du filtrage, un audit de qualité permet d’en savoir d’avantage sur la structure de son site et sa situation. Cela n’est pas bien différent du passé car les erreurs de construction sont nombreuses et avoir un site « propre » passe par de nombreuses vérifications.

Si je devais donner des priorités, j’en donnerais sous condition … « Si » le site est correctement structuré, il faut se concentrer sur la création de contenu et sur la pertinence de ses pages. Dans le cas contraire, il ne sert à rien de construire une bâtisse sur un terrain inondable …

Je conseillerais aussi de prendre en compte, au moins à niveau égal, les internautes et les moteurs de recherche. Google ne doit pas être le seul souci de visibilité et les efforts de celui-ci vont justement dans ce sens depuis presque 10 ans (la dévalorisation du contenu dupliqué ne date pas d’hier …).

Panda est déployé en France depuis quelques petits jours. Nous avons peu de recul, mais, à ton avis, quels sont les critères prioritaires sur lesquels travailler ?

Ma première pensée va aux e-commerçants 🙂 Ma seconde va aux comparateurs de prix 😕

C’est pour moi l’enjeu majeur de cette mise à jour. Les boutiques e-commerce font partie des sites qui offrent le moins de contenu rédactionnel de qualité. Il suffit de naviguer sur Internet pour s’en apercevoir. Pour ma part, j’ai toujours poussé mes clients à créer du contenu pertinent (lorsque ceux-ci n’avaient pas le budget pour s’offrir mes services), et cela paye ! Mon activité d’e-commerçant est également basée sur ces pratiques : du contenu original et pertinent, une structure propre et un netlinking « correcte ».

Pour donner un exemple, la boutique « Le Tiroir à Collants » est passé de la 6e à la 1e position sur l’expression clé « collants fantaisie » lors du déploiement de Google Panda. Le trafic a bondi de + 40% depuis et la longue traîne est responsable de la moitié de cette progression. J’émets tout de même des réserves quant à l’aspect durable de cette progression. Attendons d’avoir du recul …

Je note une progression similaire sur tous mes sites riches en contenu rédactionnel (pas sur les autres …).

Si pour de nombreux sites de mon réseau la progression est nette, j’ai tout de même quelques impacts négatifs. Il s’agit de vieux sites qui ne sont plus mise à jour depuis plus de 3 ans. Même si le contenu est original, Google semble ne pas avoir apprécié le côté statique de ces sites. Une information, qui, si elle venait à être confirmée, obligerait les propriétaires de sites vitrine à faire des efforts de mise à jour.

Je conseil donc aux e-commerçants de rédiger des contenus pour « toutes » leurs fiches produits. La pratique la plus basique est de décrire la photo du produit de sorte à offrir aux moteurs de recherche la même information qu’aux internautes, sous une forme différente (photo pour l’internaute, texte pour Google). Pour les plus téméraires rédiger des conseils d’utilisation, des informations techniques …

Enfin, j’ai parlé des comparateurs de prix car ils sont, pour moi, responsables de nombreux dépôts de bilan. Le petit commerçant qui se lance sans réelles connaissances dans le domaine (qui devrait se former certes) a très peu de chance de réussir actuellement. Les comparateurs de prix passent devant les petites boutiques alors même qu’ils sont moins pertinents, voir même pas pertinents sur certaines requêtes. Si cette mise à jour peut permettre aux commerçants d’avoir plus de visibilité que les comparateurs, c’est pour moi positif. Les premiers chiffres publiés vont dans ce sens, attendons de voir la suite …

Bon vent à ceux qui ont tiré avantage de Panda, au travail pour les autres 🙂

Merci Samy.

Au travail pour votre référencement Google Panda !

Nous espérons que vous aurez pu tirer quelques bons conseils de cet article afin de vous aider à optimiser le référencement de votre site avec Google Panda. Si vous avez des remarques, des critiques constructives ou des questions, n’hésitez pas à déposer un commentaire.

D’avance, merci à ceux qui partageront ce billet sur leur blog ou via les réseaux sociaux. 😉

Photo du profil de Waaaouh bot
Ceci est le compte qui permet d'administrer les contenus publiés sur Waaaouh PRO, votre média professionnel.
32 commentaires
  1. Excellente compilation des avis des meilleurs experts SEO de la planète 🙂
    ah pardon, j’avais dit humilité ?
    En tout cas les avis convergent vers un impact français de Panda bien plus faible que chez les ricains.
    Je rajouterai que le français est plus difficile à appréhender par un algorithme, aussi performant soit-il.
    C’est un critère de plus pour un impact plus faible.

    Bravo pour l’article. Je le lis morceaux par morceaux sur les points qui m’intéressent.
    Ps : pourrais-tu faire en haut de page un plan de ce billet (ancres internes) … à l’instar des articles multipages ?

    Reply
  2. Qu’est ce qu’il est long cet article… fouilla mais c’est une tres bonne idée d’avoir demandé leurs avis a une brochette de professionels de la profession.

    Moi qui ait vécu le déploiement du panda en avant premiere je peux vous dire que si voter site n’est pas un comparateur de prix ou un gros site énorme bourré de DC ca devrait se passer tout en douceur – sauf accident .

    au passage – http://lemusclereferencement.com/2011/03/25/arretez-de-flipper-et-lachez-moi-la-grappe-avec-panda/

    Reply
  3. Très bon article, bien complet, il ne devrait pas attirer les foudres de Panda :-p La quantité de publicité devient vraiment un problème, j’ai des sites qui étaient tombés pour ça. Faut vraiment faire le tour de tous ses sites pour détecter les problèmes potentiels pour l’avenir.
    Tu gagnes un petit lien: http://www.blog-seo.fr/google-panda-est-arrive-en-france-248.html

    ++

    Reply
  4. Merci Loran750 pour ta participation à ce premier avis à chaud sur Google Panda français et merci pour ta suggestion de faire un petit sommaire en début d’article.

    Le juge, tu fais bien de préciser « sauf accident ». Je suis d’accord sur le fait que la panique générale concernant Panda était un poil exagérée et j’ai adoré ton article sur le sujet ! Merci pour ça. Cependant, il ne faut pas oublier qu’il y a tout de même eu quelques dommages collatéraux suite à la mise en place de Panda (en anglais) et qu’il existe des sites légitimes (sans doute aussi en français) qui peuvent corriger certaines erreurs pour remonter dans les SERPs.
    J’ai voulu intégrer les 2 aspects dans cet article.

    Merci pour le lien Deleter23.

    Reply
  5. Bravo pour cet article qui est le plus complet de ce que j’ai pu lire jusqu’alors… mais pour autant, je pense qu’il est très tôt pour commencer à tirer des conclusions sur des conséquences pas assez profondes ou non sur des sites border line, d’autres relances de ce filtre auront lieu et à chaque fois le filtre sera modifié, cela prendra des mois pour déterminer vraiment les conséquences de Panda…

    Deuxième point, on parle des gros sites et ranking metrics fait l’actu mais ce qui m’intéresse (et intéresse mes clients) ce sont les modifications sur les petits sites et secteurs géolocalisés, j’y ai vu beaucoup de modifications importantes et subites, c’est peut être sur des requêtes de queue de traine que l’impact sera plus lourd.

    Reply
  6. Se référer aux 23 critères de qualité est évidemment une bonne chose. Mais, est-ce que Panda traduit réellement ces critères dans les résultats des recherches?

    Quand on lit:
    — que beaucoup de sites de black hat progressent
    — que parmi les sites en hausse, il y a beaucoup de gros sites, bourrés de duplicate, qui l’emportent sur les sites créateurs de ces contenus
    — que google lui-même a lancé il y a quelques jours un comparateur des hôtels quasi sans contenu propre et consistant en fait d’ annonces adwords déguisées,
    — qu’en fait de sites qui font autorité (critère 15), ce sont surtout les gros acheteurs d’adwords qui progressent,

    je doute très fort que Panda soit le reflet de ces critères de qualité. Il y a le marketing de google et il y a les faits qui sont bien différents.

    Tester ces critères à ce comparateur d’hôtels lancé par google : c’est totalement nul.

    Reply
  7. Comme on dit, plus c’est long plus c’est bon, bravo pour cet article dévoré… presque d’un trait.

    Je n’ai pas assez de recul niveau SEO vu que je m’y attelle à temps plein que depuis quelques mois et que mes sites n’ont bougé d’un pouce avant ou après la venue du nounours noir et blanc.

    Mais bon la différence des sites touché en anglais par rapport aux sites français et déjà le nombre de sites à la base la complexité et la richesse de la langue française qui facilite la tâche aux BH.

    Mais je suis assez content que GG soit conscient du problème et essaie de trouver des solutions.

    Reply
  8. Merci référencement Sabattini pour la critique positive. On s’est dit que le Webmaster ou l’entrepreneur dont l’affaire serait en péril à cause de Panda serait content d’avoir un maximum d’informations et d’idées pour l’aider à remonter sur Google.

    Effectivement, plus nous allons avancer dans le temps, plus nous saurons de choses sur Google Panda qui va encore évoluer très vite. C’est aussi pour cette raison qu’on a voulu faire partie des premiers référenceurs francophone à mettre un tas d’idées sur la table. Je pense que les SEO français sont très bons par rapport aux communautés d’autres pays. Il suffit de voir les « annuaires à descriptions uniques ». Ça ne se fait presque nulle part ailleurs à ma connaissance. Donc, nous avons tout ce qu’il faut pour rapidement établir une liste très proche de la réalité sur les critères pris en compte par Google Panda.

    Pour les statistiques de Ranking Metrics, je regrette aussi que peu de petits sites y soient intégrés. Je serais curieux de voir l’audit du Top 50 des annuaires ou des blogs de publication d’articles. Mais c’est trop tard pour ça, je pense… dommage.

    Jas. Jack. Je pense qu’on n’est pas au bout de nos surprises avec Panda, qui est déployé dans une version très légère à mon avis. Ici Google anticipe, je pense, et nous donne les clés pour nous préparer à des mises à jour futures… sans doute plus strictes.

    Annuaire référencement / Shelko merci pour ta lecture. J’espère que même si tes sites se portent bien, tu appliqueras certaines des idées de ce billet si ce n’est pas déjà fait pour toutes 🙂

    Reply
  9. Bravo pour cet article très complet et argumenté, un gros gros travail. Je lui réserve d’office une place d’honneur dans la prochaine revue du web sur le blog, avec l’intitulé : Pour tout savoir sur Panda 😉
    En ce qui concerne ce nouveau filtre Google, personnellement j’attends impatiemment demain, mardi, le lendemain de cet interminable week-end, comme bon nombre de webmasters qui ne sont pas en vacances je pense, on veut tous la même chose : savoir si ça va bien continuer demain 😀

    Reply
  10. Merci d’avance El-annuaire pour le futur partage de ce billet qui, effectivement, a demandé un peu de travail. Tout semble bien aller pour ton site à te lire, alors, longue vie aux annuaires.
    Et hop un peu d’autopromo pour moi, ça fait du bien : annuaire (inscrivez-vous vite) 😉

    Reply
  11. Merci beaucoup Nicolas pour cet article très riche et très bien construit. Tu montres le chemin à suivre pour obtenir de bons et nombreux liens grâce à un contenu de qualité.

    En ce qui concerne mon site, j’ai pris un sacré coup de bambou ! Tes explications détaillées sur les questions que Google nous suggèrent de se poser pour chacune de nos pages vont bien aider à dresser un premier bilan et à définir un plan d’action en conséquence.

    Pour parler de ma propre expérience de Panda, je vais donner quelques détails (si ça peut en aider d’autres à comprendre pourquoi ils peuvent être pénalisés) :
    – Site de contenu sur l’immobilier entièrement rédigé par mes soins, sans aucune copie de communiqués de presse ou autres articles externes.
    – De nombreux articles originaux, généralement longs et détaillés, très loin des idées reçues qu’on entend et qu’on lit un peu partout.
    – Visiblement des visiteurs intéressés : + de 5000 abonnés FeedBurner (principalement par mail), des recherches quotidiennes sur le nom du site, etc.

    seulement voilà :
    – Pas mal de sur-optimisation sur certains articles je pense.
    – Pas fait de chasse intensive sur les vols de mes contenus sauf vis à vis de gros sites.
    – Actuellement, peut-être qu’au-dessus de la ligne de flottaison, il y a trop de pubs (une seule pub AdSense mais des liens vers des guides payants vendus sur le site fortement mis en avant)

    Je vais donc commencer par travailler sur ces 3 points là en espérant une amélioration progressive. Il y a bien sûr de nombreux autres points qui pourraient être améliorés mais je pense que les causes des ravages de Panda (je dirais entre -30% et -40% de visiteurs, pas facile à analyser en si peu de temps et avec des modifications de calcul de Google Analytics sur les sessions, voir http://analytics.blogspot.com/2011/08/update-to-sessions-in-google-analytics.html ).

    Allez hop, au boulot maintenant…

    Reply
  12. Excellent travail et une conclusion finalement assez unanime vis à vis des 4 ou 5 consignes à respecter:
    – Surtout pas de duplicate
    – Pas trop de publicité
    – Texte bien rédigé (orthographe, vocabulaire,…)
    – Richesse du contenu
    – Et surtout ce n’est qu’une 1ére phase…Panda’ll back! 🙂

    Des conseils que beaucoup appliquent déjà ou essayent d’appliquer et pour cela Panda ne devrait être que bénéfique.

    Reply
  13. Excellent travail et une conclusion finalement assez unanime vis à vis des 4 ou 5 consignes à respecter:
    – Surtout pas de duplicate
    – Pas trop de publicité
    – Texte bien rédigé (orthographe, vocabulaire,…)
    – Richesse du contenu
    – Et surtout ce n’est qu’une 1ére phase…Panda’ll back! 🙂

    Des conseils que beaucoup appliquent déjà ou essayent d’appliquer et pour cela Panda ne devrait être que bénéfique.

    Reply
  14. Quel travail, bravo ! C’est le genre d’article qu’on ne lit pas forcément d’une traite mais vers lequel on revient au besoin car il servira de référence à beaucoup sur la question et pendant longtemps, je pense (et c’est direct dans ma revue Web de l’été ça !). Encore bravo.

    Reply
  15. Merci panda! mon blog kuduro.tv est passé de la 20ème page à la première sur le territoire français même si le site était déjà premier aux USA. L’abondance de contenu peu pertinent sur des plateformes de blog coulait ma visibilité. Finalement, Google a fait le ménage qu’il fallait.

    Reply
  16. Pas mieux que SEO Factory Girl, et en plus tu lui donnes.. enfin l’inspiration

    Je reviendrai quand j’aurai pu décortiquer ça 😉

    Reply
  17. Pour avoir observé le phénomène aux States et les quelques rares témoignages de sites ayant récupéré du Panda, vos analyses me semblent tout à fait en phase avec ce qui a permis à ces sites de remonter. Je confirme aussi vos affirmations selon lesquelles certains sites ne sont tout simplement pas fait pour récupérer leur trafic et que le ranking actuel est simplement celui qu’ils devaient finir par avoir. Google Panda n’est pas une sanction, il rééquilibre seulement un peu la balance.

    Reply
  18. Merci pour votre retour Immobilier-danger. C’est avec un maximum de témoignage détaillé comme le vôtre qu’on pourra isoler un maximum des critères de Panda.

    Je n’ai pas audité votre site, mais si les caractéristiques que vous affirmez sont véridiques, ça me semble tout de même léger comme raisons justifiant une perte de 40% de trafic. Ça pourrait vouloir dire que la raison de votre pénalité pourrait ne pas être cachée dans les hypothèses de cet article. Je vous conseille tout de même de revérifier votre site finement, en suivant ce dossier point par point et en vérifiant bien que vos articles n’ont pas été dupliqués malgré vous. De même, vérifiez que votre contenu n’est pas en qualité/quantité trop faible par rapport aux publicités et autres éléments aléatoire apparaissant sur vos pages.

    Merci Carlos pour votre retour.

    Merci d’avance SEO Factory Girl et Arnaud @ Atypicom pour le partage futur de ce billet et pour la critique positive.

    Merci SkyWalker. Effectivement, Panda n’est pas une sanction ou une pénalité en tant que telle. Panda se charge de mieux classer et reclasser les sites de la manière dont Google le souhaite.

    Si un site perd 40% de son trafic organique, il ne faut pas forcément y voir une pénalité. Peut-être qu’avant Panda, ce site était trop bien classé justement, que son importante avait été attribuée prématurément. Si le site conserve 60% de son trafic Google, c’est qu’il a toujours un véritable intérêt pour le moteur (même si ça fait mal au porte-monnaie). Sinon, Google l’aurait privé de 90% de sa visibilité, ou plus.

    À mon sens, une perte de trafic de 30-40% suite à Panda signifie juste que Google pense « Oula je me suis trompé sur toi. Le type de ton site et/ou ton contenu ne mérite pas un classement si bon. Je vais corriger ça en te faisant baisser un peu sur certaines requêtes ».

    Donc un site qui a perdu du trafic suite à Panda n’est pas mort, ou n’a pas forcément un bonnet d’âne à porter. Peut-être, tout simplement, qu’il avait trop bien joué avant le Panda. Maintenant, la partie continue avec de nouvelles règles.

    Reply
  19. J’ai eu un site internet qui a subit une forte augmentation de visiteurs depuis Panda. Mon contenu est basé (au départ) sur de l’affiliation, mais j’apporte une réelle valeur ajoutée aux visiteurs qui restent plus de cinq minutes sur mon site en consultant en moyenne 4 pages (ce qui est beaucoup pour ma thématique). C’est cette valeur ajoutée, qui n’est d’autre que des fonctionnalités, qui ont permis de gagner en visibilité et donc en visiteurs. A savoir, je suis cependant beaucoup cité sur internet.

    Reply
  20. Damien, dommage de ne pas citer le site en question. 🙁 Mais merci ! 😀

    Reply
  21. Je crois que le déploiement de google Panda en France a été Timide comparé avec les pays anglais. Cela dit que les français ont toujours été plus sérieux coté SEO, coté Rédaction… J’ai longtemps fréquenté les sites et forums anglais, mais ce que je voyais comme Linking et contenu n’était pas digne d’exister sur la toile. Par exemple Quand un Forumer se présente, tu verras 400 réponse du genre « welcome ». Des message qui ne sont là que par intêret (avoir un lien sans effort). Concernant les comparateurs de prix, je crois que google veut seulement les contrecarrer afin de lancer son propre comparateur qui pourra concurrencer Groupon.

    Reply
  22. Voici la chanson officiel de Panda

    https://www.youtube.com/watch?v=SrBQSFMA-Sw

    Reply
  23. Impressionnant cet article… super complet et riche en infos. J’ai pas encore eu le temps de le lire en entier mais ça c’est de l’article, bravo Nicolas ! De mon coté je n’ai pas encore assez de recul pour savoir comment précisément mes sites de e-commerce ont été impactés (mois d’Août oblige). On y verra plus clair mi septembre. En tout cas Panda a semble-t-il enlevé quelques résultats super inutiles (wikio, 123people…) ce qui fait gagner de la pertinence aux SERP et par la même aux petits sites qui avaient du mal à gagner quelques places.

    Reply
  24. Pour l’instant je n’ai rien vu se passer concernant mes positions ou celles de mes concurrents. A voir dans quelques semaines si le ménage est fait, car il y a quand même des sites ayant des positions étonnantes.

    Reply
  25. L’article ayant été jugé un peu long et fouilla, ce qui est tout à fait vrai, il a été remanié, complété et publié sur le Waaaouh.com. Si vous désirez un complément pour simplement revoir les idées d’optimisation pour le référencement avec Google Panda, vous pouvez le retrouver à cette adresse : http://waaaouh.blogspot.com/2016/07/google-panda-40-conseils-suivre-pour.html

    Reply
  26. En tout cas, merci pour ces 40 conseils qui je pense nous aideront à en savoir plus sur les bonnes pratiques et ainsi disposer d’un référencement de qualité.

    Reply
  27. En fait Google Panda n’a rien changé. Car si le webmaster suit depuis le début les guidelines de Google en mettant en ligne un contenu de qualité avec une bonne orthographe et intéressant et surtout non dupliquer pour le visiteur il n’a pas à avoir peur de Panda.

    Google Panda a quand même fait pas mal de ménages et ca arrange pas mal de petits blogs sérieux qui se décourageaient car ils ne voyaient pas leur travail récompensé par un bon positionnement.

    Donc peu de pubs et du bon contenu = du bon visiteur qui reviendra à coup sûr.

    Je pense que Google Panda va donner énormément d’importance à Feedburner, Google + et Facebook pour juger si le site fidélise et ensuite je pense aussi que les contrôles manuels vont se multiplier.

    En tout cas super article bravo !

    Reply
  28. Je pense que les sites modestes, surtout si ils sont à peu près clean, n’ont rien eu à craindre. Cependant, les gros sites l’ont bien senti passer.
    Searchmetrics France vient d’ailleurs de publier les chutes de wikio, ciao et webrankinfo.

    Reply
  29. Merci pour ces conseils très intéressants 🙂
    Pour ma part, je pige bien qu’il y ait eu des déclassés par Panda, mais j’ai du mal à m’expliquer les « super bonds » de certains site. Je n’avais pas conceptualisé Panda comme un élément potentiel algorithme de « boost », mais plutôt comme un élément de nettoyage des mauvais sites.

    Reply
  30. Depuis que Panda a été déployé, il est totalement impossible de procéder à une recherche quelque peu complexe (notamment, moi qui cherche souvent les avis des internautes sur les forums concernant des sujets sociologiques en utilisant une phrase ou un avis, les résultats sont devenus totalement inexploitables).
    Ainsi, je cherchais à voir ce qui se disait sur les forums concernant les certitudes de gauche (« certitudes de gauche forum »)… Je vous laisse faire vous même l’expérience, les résultats sont risibles : http://www.google.com/search?q=certitudes+de+gauche+forum

    Les résultats sont juste … minables, et tout bonnement inexploitables…

    Avant Panda, Google surpassait totalement la concurrence en termes de qualité des résultats de recherche. Nous sommes maintenant revenus 10 ans en arrière, les contenus d’internet sont tout bonnement inexploitables, tout particulièrement les recherches sur les opinions des internautes dans les forums ou les blogs (des exemples comme celui-ci sont légions).
    Des sites sans intérêt et sans rapport avec la recherche demandée sont bien mis en avant dans les résultats de recherche, et les résultats pertinents n’existent tout simplement plus (pour les recherches complexes. Évidemment, je suis persuadé que si je tape « achat films » j’aurai des résultats pertinents, mais c’était déjà le cas avant).
    C’est donc la mort de l’internet réfléchi, on a l’impression que seules des petites requêtes d’une simplicité extrême peuvent être satisfaites.
    Par pitié, rendez-nous le Google d’avant…

    Reply
  31. Après presque un mois de recul suite à votre article, on peut effectivement dire que les bouleversements n’ont pas été très spectaculaires en terme de positions des sites sur Google.

    Néanmoins, un site peu baisser légèrement sur certaines pages et cela peut se traduire par une forte baisse de son trafic. C’est ce qui est arrivé à mon site. Il était premier sur des mots clés très importants et c’est retrouvé deux, trois, voir quatrième. On ne peut pas dire évidemment qu’il a été sanctionné car il reste à des places très honorables. Par contre ces petits changements m’ont quand même coûté 60% de mon trafic.

    Reply
  32. Bonjour, en ce qui concerne les scripts d’annuaires ( arfooo, freeglobes, ) il est bon de désactiver les tags, mots clés dans les fiches, etc… D’après ce que j’ai lu sur pas mal de blog SEO ( et sur le site officiel de Arfooo ) il peut être pénalisant de laisser ce genre de plugin ou pages. Perso, je ne prend pas de risque et vire tout ce qui peut être tags, mots clés, pages inutiles, etc. On sait jamais ^^ Merci pour vos infos, pas mal de trucs que je ne faisais pas sur mes sites et blogs 😉

    Reply
Réagissez !

Votre e-mail ne sera pas divulgué.Champs obligatoires *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Register