Si vous êtes un membre plus ou moins actif sur Twitter et que vous vous intéressez à des thématiques telles que le Référencement Google (ou SEO), ou WordPress (le constructeur de sites), ou encore l’Hébergement Web, vous n’avez pas pu manquer cette affaire.

L’affaire « Avis EasyHoster »

À la base, il s’agissait de ce qu’on appelle un « clash SEO » (ou « drama SEO ») sur Twitter (rien de bien méchant). À l’origine, un seul individu s’était déchaîné tout le week-end sur EasyHoster.

EasyHoster est une petite entreprise d’Hébergement Web en pleine croissance fondée en février 2017.

Rappel des faits ayant eu lieu sur Twitter…

Comment EasyHoster s’est-il fait remarquer sur Twitter ?

Depuis le début du mois d’octobre 2021, EasyHoster s’est lancé dans une campagne de communication assez classique, qu’on pourrait qualifier de « Growth hacking » (action marketing destinée à faire croitre l’entreprise, notamment grâce à l’échange de bons procédés).

Pour EasyHoster, tout portait à croire que c’était le bon moment pour se développer. L’entreprise a travaillé pendant plusieurs années pour stabiliser tous les aspects de son mode de fonctionnement : bons serveurs Web, bon support technique, bonne interface client, etc. Elle ne demandait qu’à se faire connaître et Twitter semblait tout indiqué pour dénicher une nouvelle clientèle.

Comment fonctionnait le « Growth Hacking » d’EasyHoster ?

La proposition marketing d’EasyHoster portait le nom de « Programme Ambassadeur ». Il s’agissait d’une sorte d’échange « donnant donnant » entre blogueurs, référenceurs et autres entrepreneurs du Web, avec le jeune hébergeur Web.

Comment EasyHoster procédait ?

L’Hébergeur contactait les Éditeurs de sites Web pour leur demander de mentionner EasyHoster dans un article de blog, en y intégrant un lien “spontané”, à la suite duquel pouvaient être intégrés des liens d’affiliation. C’est-à-dire, des liens qui, une fois suivis, donnent droit à une commission pour les clients référés.

En échange de cette visibilité et de ce nouveau « partenaire sur Internet », EasyHoster proposait d’offrir ceci :

  • 1 lien de retour pour le référencement (ou Backlink SEO), de niveau équivalent au lien offert par l’ambassadeur

À partir de là, il s’agit d’un échange de lien classique plutôt facile à comprendre, auquel étaient proposés, par EasyHoster, une série d’autres avantages :

  • 1 an d’hébergement d’une valeur de 60€ (pour tester et se faire un avis sur EasyHoster, le renouvellement n’étant pas obligatoire, donc sans engagement)
  • 45€ de bienvenue sur leur nouveau compte “affilié” (le programme d’affiliation d’EasyHoster permet d’ailleurs de créer des codes promo “tracké” afin d’accroître les commissions du participant)
  • 1 article de blog de 1.500 mots, rédigé par un professionnel, sur le sujet choisi par l’ambassadeur EasyHoster
  • des mentions sur les réseaux sociaux (et d’autres communications)
  • et d’autres avantages à retrouver en détail sur la page du Programme Ambassadeur d’EasyHoster

Depuis le mois d’octobre et pendant 5 mois, EasyHoster démarche les blogueurs de façon soutenue et tout se passe bien. Le compte Twitter @EasyHoster partage tous les articles invités, à tour de rôle, et dénombre déjà une 20aine de micro-ambassadeurs.

Tout allait bien jusque là…

Jusqu’au jour où un ambassadeur décide d’arrêter sa participation sur un coup de tête.

Pour respecter son anonymat, nous l’appellerons « Sébastien ».

Un changement d’avis sur EasyHoster, un simple malentendu ou un plan mûrement réfléchi… ?

Qui sait…? Il a cependant été noté que, quelques heures avant le premier lynchage sur Twitter, une prestation de « référencement payant » aurait été proposée à EasyHsoter, d’abord publiquement, ensuite la discussion se serait poursuivie en privé.

Prestation refusée
Sur Twitter, un consultant SEO veut discuter d’un projet et d’idées innovantes avec EasyHoster.

Il y aurait donc eu une volonté « d’étendre le partenariat avec EasyHoster », de la part du Consultant SEO (Sébastien).

En effet, il se trouve que celui que nous appelons « Sébastien » se qualifie lui-même de « consultant SEO » (comprendre, « référenceur professionnel »). Il maîtriserait donc des techniques lui permettant d’apparaître en bonne position sur les moteurs de recherche (Google, etc).

En observant la suite des évènements, cette prestation de référencement SEO aurait été refusée à Sébastien, par EasyHoster.

Twitter, le réseau social idéal pour le lynchage ?

Ce qui fait la force de Twitter, en tant que réseau social, est également son plus grand inconvénient :

Sur Twitter, n’importe quel compte anonyme fraîchement créé peut s’exprimer en réponse (sous le fil / thread) d’une entreprise ou d’une personnalité publique bien installée

Il est donc facile pour n’importe quel anonyme de bénéficier de milliers d’affichages de ses messages (Tweets), en commentant simplement le Tweet d’une grande marque, sans que cette marque puisse modérer ce commentaire.

Il est donc tout aussi facile pour n’importe quel individu d’influencer (la réputation) l’e-reputation d’une marque ; tout comme faire pression sur une personnalité par exemple. C’est l’une des dérives de Twitter, un réseau social ayant un mode de fonctionnement très ouvert.

De son côté, Twitter Inc. modère très peu les propos échangés dans les Tweets, et bannit rarement ses utilisateurs anonymes, à moins qu’ils soient très clairement condamnables (racisme, xénophobie, etc).

Le malentendu qui tourne au “drama” pour EasyHoster (et son équipe)

Pendant quelques jours (depuis le 14 février, un comble), notre consultant SEO, « Sébastien » s’exprime massivement sur Twitter en mentionnant systématiquement le compte de l’entreprise @EasyHoster.

Cette mention a pour effet de notifier EasyHoster de tous les messages de « Sébastien », via l’onglet Notifications du réseau social.

Que retrouve-t-on dans les tweets publics de Sébastien ? Des propos tels que :

« Tu vas manger bébé. C’est la loi de la nature. Et vous avez le droit de me faire pareil. Si vous y arrivez » ou encore « Je n’ai aucune conception du bien ou du mal ».

Menaces sur Twitter
Pression, menaces… ?

Les choses s’éclaircissent rapidement quand « Sébastien » annonce sur son compte Twitter qu’il publiera bientôt un article au sujet d’EasyHoster…

Fallait pas jouer
demain

« Article à venir », « Je finirai demain », le tout ponctué d’injures telles que « Bran…eurs »… (troisième illustration ci-dessus).

Pendant plusieurs jours, EasyHoster ne cède pas et ne répond à aucun tweet de “pression” du  Maître Chanteur présumé

« Maître chanteur ? »

En effet, il aurait été évoqué une affaire de 45€ réclamés par « Sébastien » avant publication de l’article, mais 9.000€, pour la suppression de l’article, si celui-ci paraissait bel et bien.

Jusqu’au jour où…

L’article de dénigrement contre EasyHoster est publié, comme annoncé par le Consultant SEO !

On peut y lire un titre équivoque comme…

« Avis EasyHoster : MEFIEZ VOUS de cet hébergeur hors de prix ! »

Tout le reste de l’article est, bien entendu, à charge contre EasyHoster, apparemment, sans raison valable. Il y évoque des problèmes abstraits qui ne semblent pas techniquement validés par la communauté Twitter. Pourtant, le présumé Maître Chanteur n’hésite pas sur les termes employés « problème grave : faille de sécurité ». Alors qu’EasyHoster, sur son site de vente, ne cesse de mettre en avant le niveau de sécurité de ses serveurs d’hébergement, assuré par des solutions logicielles telles que « cPanel, CloudLinux, KernelCare et Imunify360 ».

On y parle également d’une société enregistrée à l’étranger, ce qui n’a rien de secret puisque cela est affiché clairement sur la page de Mentions Légales d’EasyHoster, ainsi que leur page À propos.

Pour en ajouter une couche, dans son article, « Sébastien » effraye le lecteur sur des Tarifs soi-disant 50 fois supérieurs au prix du marché. EasyHoster se positionne pourtant comme un hébergeur fournissant des services qui dépassent largement celui de l’hébergeur classique : dépannage d’erreurs sur les sites construits avec WordPress, installation de webdesign, et bien plus encore, sans surcoût.

Malgré tout, les tarifs moyens d’EasyHoster semblent inférieurs à des hébergeurs tels que Kinsta, SiteGround ou WP Serveur, qui sont très bien installés, depuis plusieurs années et ne semblent pas victimes de critiques concernant leurs tarifs.

À la fin de l’article du consultant, on y trouve aussi un système de notation qui semble avoir été bricolé avec de fausses notes.

rich snippets spam
Spam de rich snippets (résultats enrichis) sur Google

Ainsi qu’une dizaine de commentaires de soi-disant lecteurs qui semblent tous avoir été rédigés par la même personne, presque le même jour.

faux commentaires
Faux commentaires à charge contre EasyHoster ? Est-ce bien légal ?

EasyHoster, victime de harcèlement et de chantage ?

EasyHoster aurait-il eu tort de solliciter la communauté des blogueurs et des référenceurs pour faire connaître ses services d’hébergement ? Ou par manque de chance, EasyHoster est tombé sur la mauvaise personne ?

En effet, il est régulièrement reporté que Twitter est une plateforme privilégiée par les hackers, entre autres.

Dans l’émission TPMP sur C8, un invité, spécialiste du détournement des réseaux sociaux, explique que des millions de faux comptes Twitter sont pilotés par des robots.

Il existe cependant ce qu’on appelle les hackers White Hat (qui sécurisent votre site, ou vous font connaître sur Google), et les hackers Black Hat (qui peuvent abuser de leurs compétences pour tenter de vous extorquer de l’argent, cf. Ransomware ; ou subtiliser des données sensibles).

Peut-on « harceler », « faire chanter » n’importe qui depuis Twitter et Google, en toute impunité ?

En pleure, dans une vidéo postée sur YouTube, la directrice de la société EasyHoster supplie « Sébastien » de bien vouloir supprimer son article de dénigrement. Elle explique que le contenu, bien positionné dans Google, est en train de détruire la réputation de son entreprise, ainsi que la détruire elle et sa famille, puisqu’elle doit subvenir aux besoins d’un bébé de 18 mois.

Sur la réclamation de « Sébastien », elle ira jusqu’à présenter des excuses publiques (sans raison), dans l’espoir de faire supprimer le contenu litigieux.

En vain… puisque « Sébastien » passe 1 semaine entière (depuis la publication de cet article), à annoncer qu’il va supprimer, ou modifier son article, sollicitant même la communauté Twitter, via un sondage, pour savoir si le lynchage doit cesser, ou non.

sondage lynchage twitter
Éthique et professionnel, faire voter la communauté Twitter sur le sort d’une petite entreprise n’ayant rien à se reprocher ?

Malgré le vote favorable de la communauté (comme s’il en fallait un) pour stopper le harcèlement contre EasyHoster et ses fondateurs, à l’heure où nous publions cet article, les pressions faites par le présumé Maître Chanteur ne cessent de se multiplier (avec une gravité de propos croissante).

Que peut-on faire face à une tentative d’extorsion de fonds et du dénigrement commercial sur Internet ?

Sur le papier, il existe des lois. Cependant, elles sont coûteuses et difficiles à appliquer.

Sur conseil d’un avocat, voici les premières phases que peut suivre la victime, ainsi que leurs tarifs, avec malheureusement une issue incertaine.

  • Phase 1 :
    Notifications ; (étude du dossier et notifications auteur / hébergeur)
    2000€ HT
  • Phase 2 :
    Demande (judiciaire) des adresses IP et ID de l’intéressé ; (2 x requêtes et notifications)
    2300€ HT
  • Phase 3 :
    Procédure judiciaire (presse et/ou responsabilité Article 6 LCEN) ;
    7000€ HT

Autrement dit, cela vous coûtera environ 11.300€ pour tenter de vous défendre d’un individu qui a pu écrire son article « à charge contre vous » en seulement quelques heures.

De son côté, la mauvaise publicité a pu être réalisée librement et peut se positionner en première page de Google, sur le nom de votre marque, en particulier si des techniques de « netlinking » (création de liens hypertextes) ont été utilisées. En effet, Google classe plus haut les pages qui reçoivent le plus de liens.

“ Les petites entreprises peuvent-elles se permettre de telles dépenses (11.300€), pour tenter de se défendre d’un seul individu mal intentionné, qui veut faire pression pour récupérer une rançon ? ”

Voici donc la situation dans laquelle nous sommes actuellement en France. Il semble très simple de nuire à la réputation d’une marque, en particulier s’il s’agit d’une entreprise qui se lance (moins de 3 ans).

Tous les consommateurs, aujourd’hui, ont l’habitude de chercher des avis sur Internet, avant de passer à l’acte d’achat. La première page de Google reflète l’image de l’entreprise, et si elle est composée de résultats effrayants, avec des notes qui ont été manipulées, des arguments fallacieux et des faux commentaires, cela peut signer l’arrêt de mort de l’entreprise, ainsi qu’un préjudice financier et moral significatif pour les membres de cette entreprise.

Où de tels harcèlements peuvent-ils conduire ?

Pour l’instant, c’est l’Hébergeur EasyHoster qui est victime de harcèlement et de tentative d’extorsion, bien sûr, sans raison valable. Espérons que ce type de pratiques ne se démocratisent pas, pour le bien du porte-monnaie des uns, et le bien de la réputation des autres.

Demain, à vous aussi, cela peut vous arriver.


Pour continuer votre lecture :

EasyHoster est-il un hébergeur cher ?

Non, car EasyHoster offre d’innombrables services inclus sans surcoût (assistance, dépannage, sécurité, optimisation des performances…).

EasyHoster est-il un hébergeur sécurisé ?

EasyHoster s’entoure des meilleurs partenaires premium en matière de sécurité Web, dont Imunify360, cPanel et CloudLinux (voir leur site).