La recrudescence des objets connectés impose obligatoirement une gestion des appareils, mais également des informations rassemblées par les entreprises. Dans le cadre du fameux règlement général sur la protection des données (RGPD), elles vont être contraintes de mettre en place des mesures importantes. Le débat est donc ouvert et surtout perturbé par toutes ces innovations.

Un transfert des données grâce au réseau IOT

Les objets connectés ont eu l’occasion de changer le quotidien des consommateurs, mais également des sociétés. Ces dernières ont souvent recours à ces appareils, mais cela impose une gestion à la fois précise et minutieuse, d’où l’intérêt de se pencher sur les avantages apportés par le m2m manager. Il s’agit d’une plateforme en mode Software as a Service qui vous donne l’opportunité de garder le contrôle de vos objets via un identifiant unique attribué pour chacun d’entre eux. Le réseau IOT se charge de transférer toutes les données sans que vous soyez obligé d’intervenir en misant sur le Wifi, le Bluetooth, la basse fréquence, le RIFD ou encore le réseau GSM. Grâce à cette technologie, il est possible :

  • D’inventorier à distance tous les objets connectés
  • D’effectuer un tracking tout en gérant les flux des produits en temps réel
  • D’obtenir des informations précieuses transmises par l’objet connecté

Une collecte des données régie par le RGPD

Ces données sont multiples puisqu’elles peuvent concerner son volume, sa taille, son prix, mais également son poids… Vous comprenez ainsi que les objets connectés génèrent des informations capitales qui peuvent rapidement causer des problèmes au niveau de l’éthique. Aujourd’hui, ce RGPD peut apparaître comme flou, mais il est impératif de suivre au plus vite une formation, car la mise en application est programmée pour le 25 Mai 2018. Si les sociétés ne sont pas conformes à ce règlement, elles seront face à une forte amende. La collecte des données personnelles via des objets connectés par exemple est tout à fait possible si elle est motivée par l’une des bases légales énoncées dans le RGPD :

  • Le respect d’obligations légales
  • La nécessité contractuelle
  • L’intérêt public
  • L’intérêt vital de la personne
  • Le consentement non ambigu
  • L’intérêt du responsable du traitement des données

Si aujourd’hui, le RGPD fait peur, les entreprises auront tout de même une opportunité réjouissante, car elles pourront réellement miser sur la transparence en ce qui concerne la collecte des informations. Désormais, cette dernière est au coeur de toutes les attentions puisqu’il suffit de prendre connaissance de cet article pour constater qu’elles sont parfaites pour faire face à la concurrence. En effet, pour être compétitif, il est judicieux de connaître la volonté des clients afin de répondre dans les plus brefs délais à leurs besoins.

Un règlement garant de la transparence


En regardant d’un peu plus près le RGPD, certaines enseignes estiment qu’il s’agit d’une contrainte supplémentaire, mais il s’avère être nécessaire. Aujourd’hui, les objets connectés ont envahi le quotidien des Français et ils peuvent collecter toutes les données que ce soit, votre âge, votre sexe, vos habitudes, vos itinéraires… Cela est également valable pour les entreprises, car, si vous cliquez ici, vous constaterez que cette connectivité est indispensable surtout pour améliorer les stocks afin de rester compétitif sur un marché qui peut évoluer en une fraction de seconde. Les grandes enseignes ont ainsi adopté les tags RIFD que ce soit pour les cartons, les produits ou les palettes pour optimiser la traçabilité.

Cela entraîne donc une quantité astronomique d’informations qui facilitent le quotidien, mais le client peut être inquiet. Avec le RGPD, les entreprises ont enfin la chance de miser sur la transparence afin d’instaurer un climat de confiance. Le consommateur, l’utilisateur ou l’adhérent sera en mesure d’être informé concernant le traitement de toutes les données récoltées via, par exemple, des objets connectés. Il apprendra ainsi qu’une véritable sécurité est déployée. L’essor d’Internet est donc enthousiasmant seulement s’il n’est pas au détriment de la vie privée des Français.