Alyce est un film sorti en salles en 2011 et qui décrit la spirale infernale de son héroïne qui se rend coupable du grave accident de sa meilleure amie lors d’une soirée de beuverie.

Affiche promotionnelle du film Alyce réalisé par Jay Lee et produit par

Elle entre alors dans un processus d’auto-destruction en sombrant dans la drogue, le sexe et bientôt le meurtre.

On devine dans ce film une adaptation moderne et peu reluisante du chef-d’oeuvre de Lewis Carroll, Alice au Pays des Merveilles. A notre époque, une jeune fille traverse un miroir symbolique pour pénétrer le monde de la nuit, un monde froid, glauque et dangereux. La drogue, miroir aux alouettes, transforme la jeune fille discrète et réservée en créature de la nuit qui brûle la chandelle par les deux bouts.

Le rythme du film est lent, les paroles échangées creuses, comme pour traduire la morne vie d’Alyce qui se résume à une succession de scènes désespérées et de rencontres destructrices entre dealers et partenaires sexuels. Le spectateur suit cette descente aux enfers dont l’héroïne ne verra l’aboutissement qu’en ajoutant le meurtre sauvage à sa liste de dépendances.

Le parcours de son héroïne fait basculer le film entre réalisme et imaginaire. Il est nécessaire de suivre le chemin avec elle pour comprendre l’aboutissement du film, une apothéose de violence.