A l’origine, il ne devait y avoir qu’un seul Paranormal Activity, éventuellement un deuxième si le film d’horreur était un succès : en l’espace de quatre ans, voilà déjà quatre opus et un cinquième en prévision !

Affiche promotionnelle du film Paranormal Activity réalisé par Oren Peli et produit par Paramount Pictures, Blumhouse Productions, Aramid Entertainment Fund, Incentive Filmed Entertainment

Ce qui explique l’engouement tout particulier pour ce film, c’est justement le fait que les amateurs de sensations cinématographiques n’ont jamais été aussi bouleversés par un film, ou par une telle tétralogie.

L’histoire de ces quatre films sont similaires et pourtant toutes effrayantes : dans le premier opus, un couple est mis en avant, un couple dont la maison semble vivre d’elle-même… Puisqu’elle se révèle être possédée, au même titre que la jeune femme, Katie, qui finit par tuer son époux, Micah. Tous les autres films sont basés autour du personnage principal Katie, mettant en avant des situations semblables avec certains de ses proches (enfants dans le deuxième film, tandis qu’il s’agit de Katie et sa sœur dans le troisième). Le quatrième opus met en scène Katie et son neveu, cinq ans après les évènements du premier film.

Qualifié de film d’horreur ou bien d’épouvante, ces films portent bien leur nom : chacune des histoires, bien que similaires, sont chaque fois plus bouleversantes . Le fait d’avoir un personnage récurrent ne fait que renforcer l’aspect « émotion ». Dans chaque film, on assiste à une histoire de possession, menant inévitablement à une fin tragique et sanglante de protagonistes.

Ces quatre films ont différents atouts : malgré des histoires qui se ressemblent, la surprise et même l’épouvante au sens littéral du terme sont toujours au rendez-vous. Pas de sentiment, pas de blabla, ces histoires de fantômes et de possession sont à vous glacer le sang… Avis aux amateurs de sensations !
Ce qui rend Paranormal Activity d’autant plus incontournable, c’est son caractère original, dans le sens où le film est tourné comme un film amateur, tel un documentaire, ce qui rajoute un côté véridique et d’autant plus effrayant aux histoires mises en scène !