“Ça”, adapté de la trilogie éponyme de l’écrivain Stephen King, maître de l’épouvante, a été adapté pour le cinéma en 1990. Pourtant, ce fut loin d’être chose facile car l’intrigue foisonne de personnages, d’intrigues qui s’entre-coupent et de flash-backs.

Affiche promotionnelle du film Ça réalisé par Tommy Lee Wallace

Mais finalement, l’adaptation restitue avec brio l’univers romanesque de King.

Dans une petite ville du Maine, Derry, des enfants décident de chasser de la ville une entité qui prend l’apparence d’un clown pour tuer des enfants. Ils parviennent à repousser le monstre dans les égouts de la ville mais des années plus tard, devenus adultes, ils doivent de nouveau faire face à “ça”…

Il a été tourné en deux parties qui accrochent le spectateur du début à la fin. Il retranscrit bien les personnages, bons et mauvais, auxquels on a aucun mal à s’attacher ou à détester. On retrouve les thèmes chers à King, l’enfance et la perte de l’innocence, l’amitié,  le passage à l’âge adulte, les terreurs incarnées par le clown terrifiant qui prend parfois l’apparence des peurs secrètes des personnages de l’histoire.

Le film gagne son pari, c’est-à-dire faire peur sans grands moyens et sans les effets spéciaux que l’on connaît aujourd’hui. Il doit surtout cette réussite à l’excellente interprétation du clown “Grippe-sou” joué par un acteur de talent qui a marqué des générations de spectateurs.