Les entreprises doivent analyser tous les dangers, situations et évènements possibles qui font obstacle à la réalisation des objectifs, ou pire, qui entraînent des pertes humaines, environnementales et économiques. Une fois que l’entreprise dispose d’une analyse claire, elle peut concentrer ses efforts sur les risques qui représentent la plus grande menace.

En quoi consiste une évaluation des risques professionnels ?

L’objectif de l’évaluation des risques n’est autre que d’obtenir les informations nécessaires pour que l’employeur puisse déterminer l’ampleur des risques existants et puisse ainsi agir en conséquence, en étant capable d’entreprendre les modifications nécessaires pour assurer la plus grande prévention possible.

Outre les avantages que cette pratique peut avoir pour la santé des employés, on peut également parler de la réduction des coûts découlant des accidents et des maladies professionnelles, puisqu’on essaierait de les minimiser au maximum.

Les organisations doivent prendre en compte tous les risques auxquels elles peuvent être confrontées en raison de défaillances de processus, d’erreurs d’exécution, de fraudes internes et externes, entre autres situations susceptibles de leur faire perdre des parts de marché ou de porter atteinte à leur bonne réputation.

Ces erreurs peuvent causer des dommages aux consommateurs, à la communauté, au personnel opérationnel ou des dommages psychologiques ; des impacts environnementaux tels que la pollution de l’air, de l’eau ou du sol ; et des impacts économiques tels que des dommages matériels, des changements dans la production, une production de mauvaise qualité, une perte de parts de marché, des litiges juridiques ou une perte de crédibilité.

C’est pourquoi les entreprises doivent disposer d’analystes et d’outils de gestion des risques afin d’identifier rapidement les menaces et d’en atténuer les effets. Dans cet article, nous expliquons les différentes méthodes et outils qui vous aideront à identifier les risques de votre organisation.

Quelle méthode choisir pour évaluer les risques de son entreprise ?

Méthode qualitative

C’est l’une des plus utilisées pour l’analyse des risques et la prise de décision, elle est idéale pour les entreprises qui veulent économiser du temps et des ressources monétaires, mais elle nécessite des experts avec des connaissances élevées, la gestion d’outils et de stratégies tels que des listes d’observation, des études, des questionnaires et des entretiens, l’évaluation de groupes multidisciplinaires et des discussions de groupe pour avoir une plus grande objectivité et efficacité.

Cette méthode est utilisée lorsque le niveau de risque est faible et ne justifie pas le temps et les ressources nécessaires pour effectuer une analyse plus approfondie. Dans les cas plus complexes, elle peut être complétée par la méthode quantitative.

Méthode quantitative

Elle permet d’obtenir une évaluation chiffrée de la matérialisation d’un évènement, qui implique des pertes économiques, techniques ou humaines. Cette analyse nécessite l’utilisation de mathématiques et de statistiques pour la collecte de données afin de calculer le niveau de risque.

Les méthodes quantitatives comprennent l’analyse de probabilité, l’analyse des conséquences et la simulation informatique, qui élargissent la vision pour montrer les scénarios de danger possibles.  Les avantages sont l’objectivité, la profondeur, des résultats plus tangibles en matière de risques, ainsi que des concepts et des théories plus solides.

Liste de contrôle

La liste de contrôle est une méthode d’analyse des risques très utile, pour sa praticité et sa simplicité, qui consiste à créer une liste de tous les risques identifiés dans l’entreprise, ainsi que ses recommandations de prévention. Cet outil, plutôt que de considérer les risques évidents ou à faible probabilité, pose des questions pour confirmer que ces risques existent et ont des impacts.

Pour chaque question, il faut remplir une case avec les tâches qui ont déjà été effectuées et celles qui manquent. Cette liste de contrôle doit comprendre des modèles de sécurité de base qui permettent d’évaluer et d’identifier les vulnérabilités. De cette façon, l’entreprise sait si elle se porte bien ou si elle a de nombreuses tâches à accomplir. C’est ici qu’un large aperçu de l’analyse est fourni.

La méthode « What if ? »

La technique d’analyse « what if » est une méthodologie de groupe, dans laquelle différents experts posent des questions sur des évènements qui pourraient avoir des impacts négatifs sur l’entreprise.  Par exemple, que se passerait-il en cas d’incendie, d’inondation, de fraude interne ou de défaillance des machines ? Il s’agit de questions face à des situations probables dans le but d’identifier les évènements qui pourraient mettre en danger la stabilité de l’entreprise.

Cette méthodologie consiste à programmer des réunions avec des personnes de l’entreprise qui ont une connaissance approfondie du processus analysé, afin de poser des questions qui permettent de rendre visibles les éventuels problèmes. Ensuite, un groupe d’experts trouvera des réponses pertinentes avec une analyse des causes, des conséquences et des recommandations pour prévenir ou atténuer ces évènements. L’analyse « what if » permet un examen complet d’une large catégorie de risques.

Conclusion

Évaluez ces risques en parallèle avec votre business plan, pour déterminer quels risques peuvent affecter les objectifs de votre entreprise les exigences légales, les coûts et les préoccupations des investisseurs. Parfois, le coût de la réduction d’un risque potentiel peut être si élevé que ne rien faire est plus judicieux sur le plan commercial. Toutefois, certaines exigences légales aident justement à réduire les risques professionnels comme le document unique d’évaluation des risques professionnels (DUERP), document obligatoire en entreprise qui retranscrit tous les risques auxquels sont exposés les salariés et propose des solutions à mettre en œuvre.