Start-ups

5 raisons pour lesquelles les Startups du Droit vont vous faciliter la vie

5 raisons pour lesquelles les Startups du Droit vont vous faciliter la vie

L’apparition des “startups du droit” dans le paysage juridique français s’explique, plus qu’ailleurs, par la complexité des règles de droit sur le territoire national.

Que ce soit pour monter une entreprise, louer un bien immobilier ou verser un salaire à ses employés, les contraintes imposées par le droit français sont bien souvent trop importantes pour se passer des services d’un professionnel du droit.

Il existe aujourd’hui une solution innovante et disruptive, qui permet de gagner en simplicité pour les particuliers et les professionnels : les startups du droit, dites “legaltech”.

Les legaltechs, pour « Legal Technology » (en français, technologie juridique ou technologie au service du droit), font référence à l’usage de la technologie et de logiciels pour offrir des services juridiques, automatisés ou non, par exemple : au niveau des documents, des procédures, ou de la relation avec les professionnels du droit.

Voici 5 raisons pour lesquelles votre entreprise ne devrait pas hésiter à utiliser les services des legaltechs

1) La simplicité

Les legaltechs sont des plateformes en ligne qui proposent des services juridiques à leurs clients. Elles se décomposent en deux grandes catégories : celles qui proposent des services d’automatisation et celles qui proposent des marketplaces qui mettent en relation des professionnels du droit et des clients.

L’automatisation juridique consiste en la dématérialisation d’un service juridique, traditionnellement assuré physiquement : génération complète et sur mesure d’un contrat, signature digitale et contractualisation en ligne, dépôt administratif, etc. Ces services juridiques en ligne offrent un contenu de qualité et permettent un accès simple et direct à une matière complexe.

Les marketplaces sont des plateformes où se rencontrent des clients qui veulent consommer des services juridiques et des professionnels du droit (principalement des avocats ou des notaires). Celles-ci permettent au client de trouver rapidement un expert qui sera susceptible de répondre à ses besoins, dans une zone géographique définie, en ayant connaissance des honoraires.

2) Le coût

Les legaltechs permettent de réduire les coûts des services juridiques. En effet, les legaltechs qui proposent des services d’automatisation de tâches juridiques sont relativement bon marché par rapport à des services offerts par des avocats ou des notaires. Ceci s’explique par le fait que ces plateformes délivrent un service sur une question précise. Le service est alors facturé pour lui-même, contrairement à un service délivré par un professionnel du droit qui sera facturé proportionnellement aux heures qu’il aura passées à traiter votre question (billable hours), et est donc moins cher.

Bien sûr, les legaltechs ne permettent pas en effet de remplacer ce qui fait la valeur ajoutée d’un juriste ou d’un avocat, à savoir ses conseils et son expérience. Ainsi, en offrant sur leur plateforme des marketplaces qui permettent de mettre en relation des avocats et des clients, les legaltechs qui proposent ces services permettent d’augmenter la transparence, de favoriser la concurrence, et donc de baisser les prix.

3) La rapidité

Les services juridiques automatisés proposés par les legaltechs sont générés par des algorithmes qui permettent en quelques clics de répondre à votre demande : remplir un contrat de bail, rédiger un contrat commercial, délivrer des fiches de paie, etc. Autant de documents juridiques contraignants à remplir pour les individus sans aide extérieure et qui peuvent être traités en remplissant quelques informations seulement à travers ces plateformes en ligne.

De plus, les legaltechs proposent bien souvent un système de signature électronique qui permet souvent un gain de temps considérable.

4) La facilité

La France et la Belgique se distinguent de leurs voisins européens par le nombre de services d’automatisation juridique prenant leur envol. En effet, si la Legal Tech est née aux États-Unis, elle a pris un essor tout particulier en France, à cause d’une législation réputée pour sa complexité.

Deux exemples en témoignent particulièrement.

Guacamol propose un service d’immatriculation d’entreprise depuis 2015 et développe une série d’outils de gestion juridique pour les startups et autres compagnies.

L’autre exemple, LeBonBail, permet de générer automatiquement un contrat de bail en conformité avec les ramifications de la législation française (et notamment de la loi Alur).

100% du process du bail peut se faire en ligne : rédaction, signature électronique entre le bailleur et le locataire, suivi juridique des différentes échéances, espace sécurisé qui conserve les contrats.

Ces plateformes, dont l’ergonomie et l’expérience utilisateurs sont optimales, sont “faciles” à utiliser pour (quasiment) tous les âges.

5) La diversité

Le nombre important de legaltechs facilite la prise d’initiatives et l’innovation. On peut désormais compter sur une offre complète de services juridiques bon marché. La démocratisation du droit permet d’abaisser les barrières à l’entrée dans de nombreux secteurs et favorise donc la multiplication de créations d’entreprises ou de startups.

En tant qu’entrepreneur par exemple, vous pouvez profiter de telles plateformes juridiques à chaque étape de votre développement.

Vous voulez monter une startup qui propose des locations d’appartement en France ?

  • Commencez par utiliser Guacamol pour immatriculer votre startup en moins d’une semaine.
  • Pour payer vos salariés, vous utiliserez PayFit qui vous permet d’automatiser la paie de vos employés et d’effectuer toutes vos déclarations sociales.
  • Pour votre suivi comptable, la start-up Fred de la Compta vous permettra d’établir et de déclarer votre compte, et répondra à vos questions financières.
  • Enfin, à chaque fois que vous louerez vos biens immobiliers, passez par LeBonBail pour éditer et remplir votre contrat de bail et le signer en ligne avec vos locataires.

En étant aussi développées en France, les start-up du droit participeront à la croissance nationale de demain, et profiteront en retour de celle-ci pour s’agrandir. Les legaltechs en France sont donc promises à un bel avenir, dans un secteur pourtant réputé comme fermé et conservateur : il serait dommage de ne pas en profiter!

Bonjour, je suis Pierre Dalloi, Business Analyst chez LeBonBail. Je suis en charge des contenus de notre site internet, ainsi que de la promotion du site sur la toile. LeBonBail est une start-up juridique qui permet de rédiger et signer un contrat de bail en ligne. Ainsi, je suis devenu un expert sur les questions relatives à la legaltech en général, c'est-à-dire les nouvelles technologies et l'utilisation du web à des fins juridiques et légales. Je dois jouer sur 2 tableaux: la Belgique et la France, car nous avons 2 sites!
Réagissez !

Votre e-mail ne sera pas divulgué.Champs obligatoires *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>