E-commerce

E-commerce international : faites les bons choix !

e commerce international

Lorsque l’on crée un site e-commerce il est rare d’avoir un seul pays cible : Internet offre tellement d’opportunités dans le monde que, même si vous ne visez pas à internationaliser votre business, tôt ou tard vous aurez des clients qui souhaiteront vous retrouver aux quatre coins du monde.

Pourquoi alors ne pas dépasser les barrières linguistiques afin d’atteindre un maximum de clients, partout dans le monde ? Mais plusieurs problèmes se posent alors : les problématiques liées au référencement et l’écart linguistique.

Le référencement international des sites e-commerce

D’un point de vue purement référencement web, il y a plusieurs écoles :

  1. un domaine unique par pays (ex. le .fr pour la France, le co.uk pour le Royaume Uni, le .it pour l’Italie)
  2. un domaine unique mais un sous-domaine pour chaque langue
  3. un domaine unique et chaque langue dans un répertoire bien déterminé.

Chaque option possède ses avantages et ses inconvénients. Si cet aspect du e-commerce vous intéresse, reportez-vous à cet excellent article (en anglais) sur le blog de SEMrush. Et voici ci-dessous, la version officielle de Google.

Quoiqu’il arrive, quelle que soit l’option retenue, n’oubliez pas le balisage Hreflang !

La traduction des contenus

Vous est-il déjà arrivé de tomber sur une description de produit qui est censée être traduite dans votre langue mais qui n’a presque pas de sens ? Voilà ce qu’on ne devrait jamais faire : utiliser un service de traduction automatique. Même si Google Trad et Bing Trad sont de plus en plus performants, ils ne remplaceront jamais un traducteur humain qui sera en mesure de saisir et retranscrire le contexte. Bien qu’ils puissent parfois s’avérer utiles pour des traductions de textes très courts ou pour dissiper quelques doutes, les outils de traduction automatique ne seront jamais capables de comprendre complètement une langue.

traduction-site-ecommerce

Cela impliquera une traduction bâclée, avec très peu (ou pas) de sens et qui fera mauvaise impression du e-commerce en causant probablement une perte de clientèle. Il est donc primordial de confier cette activité à des professionnels experts. Il existe de nombreux professionnels qualifiés, mais pour la traduction professionnelle de sites internet, Translated est un partenaire fiable et expert dans ce domaine.

Sur un site de vente en ligne, pour optimiser la conversion, il est primordial de traduire les noms et les descriptions des produits. L’internaute a besoin qu’on lui propose des informations précises et détaillées pour qu’il puisse choisir en toute confiance et en évaluant les caractéristiques qu’il considère essentielles. Avec des informations partielles, incomplètes ou incompréhensibles, l’utilisateur percevra non seulement un manque de professionnalisme, un manque de confiance envers le site marchand mais il sera aussi tout simplement en manque d’information pour concrétiser son achat. Et lorsque l’on sait combien coûte (en termes de coûts marketing), l’acquisition d’un client (via les différents canaux : Adwords, Facebook, emailing, marketplaces, etc.), mieux vaut prendre le temps de soigner son tunnel de conversion.

Important, mais souvent oublié : pensez également à traduire certains éléments propres à la destination visée. Exemple : les unités de mesure ou les devises. Quoi de pire pour un acheteur étranger que de convertir des kilos en livres, des euros en dollars ou encore des centimètres en pouces.

Dernier conseil : avez-vous prévu un support client dans chaque langue ? Car qui dit client anglais, allemands, espagnols, dit support client dans ses langues afin de pouvoir répondre aux interrogations des internautes sur les produits ou les commandes.

traduire-boutique-en-ligne

S’ouvrir à l’international peut s’avérer très lucratif dans la mesure où le « terrain de jeu » s’agrandit de façon exponentielle. Mais ne sous-estimez pas la charge de travail et le coût d’un tel lancement. Mieux vaut en général anticiper dès la création du site l’éventualité d’un tel déploiement, et ensuite, ouvrir les zones unes par une pour éviter le fiasco global !

Photo du profil de Cédric
Je suis consultant SEO à Rennes.
1 commentaire
  1. Photo du profil de Mister WP

    Salut Crédric !

    Cela me fait penser à un retour d’expérience du gérant d’une startup française que j’écoutais en podcast pas plus tard qu’hier et qui disait ceci : « n’attendez pas avant de vous lancer à l’international ».

    Effectivement, si on prend le cas de la langue française, certes, elle est parlée dans pas mal de pays : la Belgique, le Canada, la Suisse, le Maroc, etc., mais elle ne représente que, sauf erreur, 4% du potentiel d’internet en terme de clientèle, en tout cas 4 % de la population mondiale (le français est la 5e langue la plus parlée au monde avec 250 millions de francophones), alors que si on se donne la peine d’adapter son business, au moins à l’anglais, cela passe de suite à 15% supplémentaire !

    Bien sûr, cela n’est pas adaptable à tous les types d’activité, mais cela vaut la peine de se poser la question. En tout cas, en matière d’e-commerce, la réponse est toute trouvée 😉

    Merci pour cet article !

    Reply
Réagissez !

Votre e-mail ne sera pas divulgué.Champs obligatoires *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Register